Connexion
Samya big forum NRW    Babylon 500*134 Forum NRW    Magnum - VV - HG

Discussion : DILARA (roumaine - blonde)

  1. #


    Inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Far East of Eden
    Messages
    3 814

    TP de Dilara

    D'après le site du samya 75B
    ce qui traduit en "français" donne 85B

    pour ceux qui reconnaissent les filles au TP

  2. #


    Inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Mouscron (Belgique)
    Messages
    717
    Superbe EV abcd, tout en posésie et délicatesse.

    Encore bravo.

    Balltrap

Connectez-vous pour lire les 3 autres messages sur le sujet


  1. #


    Inscription
    octobre 2006
    Messages
    12

    Par défaut DILARA (roumaine - blonde)

    Prénom : Dilara
    Nationalité : roumaine
    Cheveux : blonds coupés courts et légèrement ondulés aux extrémités
    Poitrine : j'ai toujours eu du mal à m'y retrouver avec les tailles des bonnets...Ses seins sont assez importants et agréables au toucher
    Silhouette : élancée
    Taille : 1,80 m
    Autres : Dilara maîtrise parfaitement l'Anglais


    Alors que nous étions installés sur les tabourets du bar, je propose à Kleinberg d'aller nous asseoir sur l'un des canapés afin de nous rapprocher un peu de ces filles à l'attitude indolente.

    En face de moi, j'en aperçois une qui me rappelle étrangement une blonde aux cheveux bouclés originaire d'un pays du Commonwealth et que j'ai connue il y a quelques années mais dont le charme intimidant m'avait toujours tenu à une respectueuse distance. Cette fille a le même visage, les mêmes yeux marrons, les mêmes pommettes, ce même sourire discret, et cette même façon de vous regarder. Lorsque j'engagea la conversation, je crus reconnaître dans sa voix aussi ce même ton posé et calme que j'avais déjà entendu il y a longtemps.

    Elle était en conversation avec son amie et sa nonchalance me fit hésiter pendant un long, un très long moment. Je me résolus à les interrompre lorsque, aidé des allez, courage répétés de Kleinberg, je réalisa que je risquai de laisser filer une fois encore l'occasion de goûter aux saveurs de cette fille qui m'avait séduit des années auparavant, et qu'avec cette occasion s'éloignerait définitivement ma dernière chance.

    C'est en l'abordant par un pathétique Hello, how are you ? que nous fîmes connaissance. Je sais aujourd'hui qu'elle s'appelle Dilara.

    Dilara est une blonde aux cheveux coupés courts mais qui a quand même gardé quelque chose de féminin. Ses cheveux légèrement ramassés en arrière découvrent un visage à l'expression énigmatique et qui continue encore de me fasciner. Son air innocent vous ferait presque penser qu'il s'agit d'une adorable ingénue, surtout quand elle sourit, même discrètement. C'est une chose qui se remarque tout de suite parmi tous ces visages hermétiques et fuyants...

    Notre discussion s'engage comme un classique du genre. Durant tout ce temps où j'essaie d'amorcer un semblant d'intérêts mutuels, je suis débout et elle, toujours assise dans le sofa. Elle n'y voit rien à redire. Je me décide à faire encore un autre pas vers elle ; je m'assieds à ses côtés sans plus attendre une invitation qui ne viendra pas, à l'évidence.

    Même si la conversation n'a rien de transcendante, elle tranche avec ces répliques convenues qui m'ont été servies jusqu'à présent en FKK. Parfois même, ses questions me désarçonnèrent, je dois vous l'avouer, et par leur effet de surprise ne me laissèrent pas d'autres choix que la vérité toute simple. D'une certaine façon, c'est loin d'être complètement désagréable de confier un peu de soi à une inconnue, spécialement quand elle éveille en vous des envies de rattraper un amour manqué.

    Assis à côté d'elle, son parfum me transporte ailleurs. Sa nudité totale qu'elle a l'air de porter le plus innocemment du monde m'évoque le jardin perdu des origines, quand les corps nus n'embarrassaient personne. Mon regard se libère de temps à autre de ses yeux ravissants pour glisser le long de son corps magnétique, qui stimule mon imaginaire. Elle joue à laisser balancer sa jambe contre le fauteuil. Sa peau diaphane au grain que je trouve parfait me donne des picotements dans le bout des doigts, seul un reste de timidité hérité de l'adolescence m'empêche de la caresser, ici, devant tout le monde. Je me consolerait pour l'instant avec les yeux.

    Finalement elle me délivre de ma pusillanimité, en posant sur un ton badin la question restée sur le bord de mes lèvres.
    Voulez-vous coucher avec moi ? dit-elle avec un air rieur en laissant sa tête partir en arrière. Je reste silencieux. Elle me relance alors yes or no ? Je lui réponds oui d'un signe de tête. Elle s'assure d'avoir bien compris.
    - May I get a key ?
    -Yes.

    Elle se lève en direction du bar pour prendre une clé de chambre ainsi que des serviettes. Je ne la quitte pas du regard et au moment où elle passe devant moi, je me lève pour la suivre. Nous nous dirigeons vers les étages, où se trouvent les chambres. La montée des escaliers est un délice pour mes yeux qui ne décollent pas de ses fesses....m'étant placé stratégiquement à sa suite bien que les marches fussent suffisamment larges pour nous permettre tous les deux de les grimper ensemble.
    J'en profite pour observer la courbe de son dos, qui s'incline divinement à hauteur de ses hanches. Le dessin des ses fesses me donnent des idées polissonnes...J'aurai voulu que cette montée des marches durent encore un peu...Il faut le reconnaître, cette coquine est superbe même de dos...

    Je découvre une belle chambre. En y pénétrant, elle a le réflexe de baisser la musique à l'aide d'un bouton destiné à commander le volume sonore. Elle s'empare du Sopalin pour le poser sur la petite table de nuit, tire sur les draps puis étend nos serviettes. Elle en garde une propre pour moi. Tous ces gestes mécaniques me font l'effet d'une scène répétée trop de fois et penser à ceux d'un automate...

    Je m'allonge sur le lit. Dilara est à mes pieds et m'avale tout en me jetant des regards lubriques. Elle ne se contente pas de relever et de baisser la tête comme une poupée mécanique mais ondule de tout son corps comme si celui-ci tanguait, à mesure qu'elle s'avance ou recule pour absorber mon sexe ou le libérer de l'étreinte de ses lèvres. Elle me fait penser à une chatte qui s'étire successivement sur ses deux pattes de devant puis de derrière. Son corps est si souple. Elle fait tourner sa tête comme une toupie, entraînant mon objet viril dans le même mouvement circulaire. Je peux enfin vérifier que sa peau est à la fois douce et fine. Je m'aide de mes deux mains pour me relever et ma joue vient effleurer son épaule. Elle s'arrête stupéfaite, me sourit et reprend comme si de rien n'était...

    Je la soulève par les bras et la ramène sur moi pour l'embrasser. Elle se laisse faire. Mes mains se promènent partout sur elle. Nous restons ainsi jusqu'à ce qu'elle décide de se positionner sur moi. Cette position est pour moi sans doute la plus voluptueuse. Mais il faut avoir le don pour ces choses-là. Heureusement, Dilara est une véritable amazone. C'est si bon que je n'ai envie de rien d'autre.

    Il faut bien qu'il y ait une fin.

    Je m'allonge à ses côtés. Mais elle se tourne vers le miroir et nous nous observons par glace interposée. Ses yeux errent un peu au hasard et lorsque les miens rencontrent les siens, c'est un regard impénétrable que je dois affronter et qui me hantera jusque sur la route du retour.

    Je la vois encore se relever, s'asseoir tranquillement sur le bord du lit et remettre ses chaussures à talons maintenus à ses pieds par des petites boucles. Elle me demande d'une voix douce mais éteinte pourquoi je la regarde ainsi.

    Je lui réponds pour rien, pour rien.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité