Connexion
Youppie webcam confinement    stripchat in forum     

Discussion : RADOST (bulgare, brune - n° 180 à droite, shift de jour)

  1. #


    Inscription
    mars 2020
    Messages
    23

    Par défaut

    Elle m'a dit que pour fin de cette année,sa décision sera prise. Il ne reste plus qu'à attendre en espérant.

  2. #


    Inscription
    octobre 2020
    Messages
    117

    Par défaut

    Citation Posté par Lord Vaako Voir le message
    Je crains qu'elle ne migre bientôt vers le sous-forum "Portées disparues"...
    Effectivement je crois que la belle ne revienne plus certainement elle a d autre projet d avenir

Connectez-vous pour lire les 190 autres messages sur le sujet


  1. #


    Aurélio Guest

    RADOST (bulgare, brune - n° 180 à droite, shift de jour)

    Cette petite blonde irrésistible, format lolita, maillot rose, craquante comme tout, ne peut se trouver là qu’à mon intention : aussi, qu’attends-je pour entrer ?

    Rien. M’y voici donc, dans la première alcôve, joliment rénovée (que les pingres du 212 en prennent de la graine !), dessus de lit très correct, long miroir sur un pan de mur, et il y aura même, luxe suprême, une petite poubelle pour déposer le produit de ma luxure.

    Juste le temps de me dénuder, et voilà déjà que la belle réapparait à travers une fente du rideau, ondule telle une jolie petite sirêne, et offre ses deux seins - un peu trop parfaits pour être naturels, malheureusement - à mes lèvres gourmandes. Ma limace, entre-temps, s’est métamorphosée, sous l’effet de j’ignore quel charme maléfique, en bout de bois bien dur, où les lèvres de Radost vont bientôt faire des merveilles, s’intéressant aussi bien au tronc qu’à la cime, et me lançant de ces regards … à faire rougir de confusion le plus perverti des libertins.

    Par contre, l’amazone, c’est pas tellement son truc : trop rapide et mécanique au début, Radost corrige un peu le tir ensuite, ralentit, mais fatigue, et me propose donc :
    - Changer position, levrette ?
    - Ah oui, volontiers !

    Et cela s’achève dans cette posture délicieuse, ni trop vite, ni trop lentement, le petit derrière tout chaud de Radost clapotant contre mon ventre, et sans que tinte la traditionnelle sonnerie de réveil, hantise des habitués de la Rue d’Aerschot.

    Disparue pendant de long mois, Radost travaillait auparavant dans les environs du 134, shift de jour. C'est toujours en journée qu'elle officie.

    Elle a été, du début à la fin, char-man-te .

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité