(En juillet 2020, je suis allé 2 fois à Madrid… L’action se situe ici l’avant dernier jour de mon premier séjour.)

PALACIO DEL PLACER : 20 Calle del Canal de la Mancha

http://palaciodelplacer.es/

Après mes petites visites chez Elegance Escorts (Laura) et Tierna Juventud (Ana), pour mon troisième jour, j’avais décidé d’aller voir la « grande sœur » du Placer Madrid (visité en 2019) à savoir le : PALACIO DEL PLACER

Le Palacio Del Placer ressemble énormément au Placer Madrid (et c’est sans doute la même « unité managériale » qui pilote les deux établissements), il s’agit là aussi d’une maison située dans une petite rue tranquille. Les « locataires » sont principalement des filles originaires d’Amérique du Sud, d’âges allant de 20 à 35 ans. Les services sont variés et assez complets (sur le site chaque fille possède sa fiche descriptive détaillée). Les tarifs de 50€/ 30min et de 90€/1h sont particulièrement abordables et défiant toute concurrence (sans aucun supplément additionnel).

Bref, le Palacio Del Placer c’est tout comme le Placer Madrid, mais en plus grand et en mieux achalandé (une dizaine de filles). Seul point négatif notable: Le Palacio est encore plus éloigné du centre-ville, situé à l’est de la capitale à environ 1 heure de transport en comptabilisant le temps de métro (Ligne5) et la petite marche nécessaire pour atteindre le Palais.

KIRA :

http://palaciodelplacer.es/galeria/kira/

Après m’être pratiquement explosé les yeux sur mon Smartphone à force d’éplucher toute la nuit le « pedigree » et les caractéristiques de chaque occupante du Palais. Je me décide le lendemain matin à prendre contact par Whatsapp pour fixer un rendez-vous avec la (semble-t-il) belle et jeune KIRA, qui a retenu toute mon attention.
A priori il y a une sorte de planning à la demi-journée, avec une première brigade de 6 filles disponibles de 10 h à 16 h et une seconde équipe de 16h à 21h. Cependant une fille présente le matin n’est pas forcement disponible l’après-midi, et vice-versa.

On m’informe que KIRA ne commence qu’à partir de 16h !!

Bien sûr, si je le souhaite, je peux y aller dès le matin même, à partir de 10h et demander une présentation des filles de la première fournée…
Ouais mais bon, dans ce cas-là, c’est qui qui ratera KIRA ?? Hein !?! C’est KI-KI-RA-TE-RA-KI-RA ?? C’est moi !!
J’hésite, je me tâte, je tergiverse … La vie elle-même, n’est-elle pas un éternel dilemme ??

Dans la chambre d’hôtel, Mr Bibite (lui d’ordinaire si sage et si discret) semble ne pas pouvoir supporter l’idée d’attendre jusqu’à 16h. Il est comme possédé !! A croire que soudainement, Satan l’habite.
Tel un vampire lubrique échappé de sa lointaine Transyilvanique, il n’a qu’une obsession: étancher au plus vite sa soif de plaisirs charnels, pénétrer fougueusement n’importe quelle cavité offerte à lui, se faire extraire jusqu’à la dernière goutte de son désir bestial.

Mais cette fois ci, Mr Bibite n’obtient pas gain de cause. Et même si il a les boules, il sait qu’il devra patienter, car ce sera bel et bien KIRA à 16h !!


15h 59min 59s au n°20 du Canal de la Mancha, après avoir ouvert le portillon, je me trouve enfin à la porte du Palais du Plaisir.

Ding Dong.

On m’ouvre et je me retrouve dans une sorte de petit vestibule. La personne qui me reçoit me fait expérimenter ce qu’arbitrairement, je vais qualifier …
d’ « accueil à la Bulgare ».

Aboyant des injonctions que (malgré mon niveau intermédiaire en espagnol) je ne comprends pas … Cette « charmante » encargada au physique particulièrement avenant, m’évoque de part sa silhouette, les glorieuses heures de l’athlétisme féminin Bulgare et je ne peux m’empêcher de lui trouver une ressemblance évidente avec MAMASKA PAKOMOD Médaille d' Or du Lancer de Marteau aux J.O. de Moscou de 1980.

(En réalité, j’ignore totalement la nationalité de cette dame, et il n’y a aucune raison qu’elle ne soit pas elle aussi originaire du continent Sud-Américain.)

En fait, si la Mama « Bulgaro-Sud-Américaine » m’a légèrement gueulé dessus, c’est parce que nous étions en pleine ré-ouverture Post Covid-19 et qu’elle m’indiquait des directives en relation avec un protocole de désinfection. Elle n’avait pas vraiment compris que j’étais Français et que je n’avais pas trop capté les instructions qu’elle m’éructait aimablement …

Ayant réussi « brillamment » mon entrée dans ce Palais, je me suis dit qu’il me restait une belle marge de progression en matière de Plaisir…

Par la suite toutefois, la tenancière du Palace s’est montrée un peu moins bougonne à mon égard et m’a proposé de la suivre afin de m’installer confortablement sur un canapé ...
Là, je lui ai confirmé que j’avais bien rendez-vous avec KIRA, cependant je l’ai informé de mon désir de voir les autres filles disponibles pour peut-être revenir le lendemain matin…
2 ou 3 filles (dont j’ai oublié les prénoms) se sont présentées à moi. Et dans l’ensemble les défilantes étaient ma foi, physiquement fort sympathiques.


Arrive enfin KIRA.

P’tain !!!, j’ai bien fait d’attendre 16h !!!

La « brochure publicitaire » du site du Palacio Del Placer annonçait …
KIRA / Age : 19 ans/ Nationalité : Vénézuélienne / Taille : 1.67m / Poids : 54 kg / mensurations : 85-60-91 / Cheveux : Blond / Yeux : Marron
Et bien pour une fois, il ne s’agissait pas d’une publicité honteusement mensongère …

Pourtant les photos floutées du visage de KIRA auraient pu me révéler quelques mauvaises surprises…
Parfois certaines Sud-Américaines ont un peu trop hérité de l’ADN de leurs lointains ancêtres Incas ou Aztèques, les rendant à mes yeux et selon mes critères esthétiques , aussi sexy qu’un Kim-Jong-Un en porte-jarretelles

KIRA, se trouve à présent juste devant moi. Ma première réflexion est :

« Waouh !! Mais KIRA en fait c’est SHAKIRA avec des cheveux raides !??! ! » (Et attention je parle ici d’une SHAKIRA version 19/20 ans).

« Whenever, wherever… We're meant to be together …»

J’ai senti que Mr Bibite sortait de sa léthargie et qu’il était prêt à se déhancher comme un fou fou devant le sosie (non officiel) Vénézuélien de la célèbre chanteuse Colombienne.

Avec KIRA, nous entrons dans une chambre bien ordinaire pour un Palais, mais parfaitement propre cependant. KIRA m’apporte un Coca Cola frais et elle se dénude entièrement (révélant un corps parfait) puis me propose de la suivre et de partager avec elle une douche… (Y a des fois, tu ne sais pas trop pourquoi, mais tu bénéficies d’un fabuleux alignement des planètes…)

Après la douche et de retour dans la chambre, prenant en considération l’extrême jeunesse de KIRA, je m’emploie à être le plus doux et le plus délicat possible avec elle. Je ne veux surtout pas y aller comme un gros bourrin dégénéré d’emblée… Je lui caresse doucement sa peau satinée, ses longs cheveux blond cendré, j’embrasse ses seins, et pose ma main son ventre à mesure que j’entreprends de lui lécher ses lèvres (petites et grandes) sans oublier de titiller de ma langue, son petit Kinder-Surprise.

Mr Bibite lui, n’en peut plus, et je sens qu’il piaffe d’impatience.

S’il pouvait hurler, je suis certain que le Roi Felipe VI lui-même depuis le Palais Royal (à plus de 10 Km de celui du Plaisir), pourrait entendre les SOS d’une Bibite en détresse.

KIRA elle aussi , semble percevoir les complaintes de celui qui aimerait mieux être un oiseau… Elle s’approche (enfin) de Mr B. et dans sa bouche sensuelle, l’engloutit (presque) entièrement.

Je fais en sorte de contrôler mon plaisir, car si je laisse un peu trop se prolonger ce délectable petit tête à tête entre (SHA)KIRA et de Mr Bibite, je sens bien que le truc va pas faire long feu…

Moi allongé sur le dos, elle au-dessus de moi, bras écartés, cheveux lâchés, elle m’administre une fellation exceptionnelle à la fois douce et intense, avec de temps à autres, quelques résidus de baves s’échappant de ses lèvres/bouche/gorge.

Je l’arrête (à regret) et lui propose maintenant de passer à la phase « accouplement » pour quelques minutes…
La bonne vieille position du missionnaire ouvre la séquence, quelques petits allers-retours frénétiques, un retournement de wagon pour la prise en levrette. Accélération finale… Juste le temps de sortir un Mr Bibite (au bord de l’explosion) des rails vaginaux, de le libérer de son emballage plastique et de l’approcher des lèvres et de la bouche de KIRA, qui se prête de bonne grâce à ma dernière volonté. Je termine ainsi la rencontre, avec mon traditionnel « francès hasta el final » dans la bouche de ma jeune et belle Vénus Vénézuélienne.

Quelques instants après, KIRA revient s’allonger à mes côtés, je la caresse tendrement une dernière fois… Je savoure à sa juste valeur, ce moment de pur plaisir que je viens de vivre grâce à elle. Le privilège de toucher une peau aussi douce… D’avoir eu des échanges de fluides corporels avec cette jeune beauté ... En nous rhabillant nous avons même eu ensemble un petit fou rire, car je me suis essayé (assez lamentablement) à imiter l’accent Mexicain (Merci Netflix).

Voilà c’est déjà fini...Je dis un grand merci à KIRA en la quittant.



Pourtant il y a un petit truc qui me chagrine…
Et je ne peux pas m’empêcher de m’interroger sur le fonctionnement « économique » de ce type d’établissement.

Sur 50 € : Combien KIRA touche-t-elle ?? Combien revient au « Palais » ??

C’est quoi la répartition 35€ / 15€ ?? 30€ / 20€ ??

Sachant que je pense que la plupart des filles sont logées sur place. Qu’elles y restent probablement pour des périodes assez longues. Qu’elles sont à + de 7000 km de chez elles…Bref, je reste un peu perplexe…

D’un autre coté, 30€ vu l’effondrement du Bolivar Vénézuélien, ça doit être une vraie fortune au pays de Maduro-La-Moustache. Mais quand même…

Je suis loin d’être pété de thunes, et comme n’importe quel « agent-économicus», je suis bien content de n’avoir à débourser que 50€ pour 30min (avec CIM et Coca offert par la maison), mais putain, si KIRA ne touche que 30 €, quelque part ça me fait bien mal au cul. Car franchement au vu de ses qualités et de son attitude, elle mérite bien plus que 3 malheureux billets de 10€.

Ceci dit, malgré mes réflexions moralo-culpabilisatrices à 2 balles, si à l’instant même, je pouvais me téléporter à Madrid avec mes 50€ dans la po-poche, et revoir KIRA, bien évidement je n’hésiterais pas un quart de seconde.

********

(Le lendemain de ma rencontre avec KIRA, pour mon dernier jour à Madrid, je renonçais finalement à revenir au Palacio Del Placer, car trop éloigné et timing trop serré. Je me décidais pour « Tierna Juventud » plus proche… Sans le savoir, j’allais rencontrer ALEX et … en « tomber amoureux »…)