Connexion
Youppie webcam confinement    Votre pub ici - DE    

Discussion : GINA (polonaise - brune)

  1. #


    Inscription
    décembre 2006
    Messages
    414

    Par défaut

    Une brune aux cheveux longs vient se trémousser à la barre de façon plus qu'explicite, Ce n'est pas la plus jolie mais elle dégage un magnétisme qui ne me laisse pas indifférent. Œillades, sourires, elle vient m'aborder avec sa voix rauque, c'est Gina, Et Gina, c'est pas une timide, non, plutôt une tornade. Elle m'embarque. La vache, quel avion de chasse.

    C'est pas une expérience fleur bleue, c'est clair... Je m'y attendais au vu des récits sur la demoiselle, je n'est pas été déçu du voyage. C'était super ! PSE à souhait, Gina prend les choses en mains, et pas seulement, pour un numéro de haute voltige très élaboré. Elle reste à l'écoute même si elle a une tendance naturelle à diriger les opérations. Une super expérience qui aurait même pu être exceptionnelle sans ses simulations beaucoup trop excessives... Maintenant, si on rentre dans le trip, ça doit pouvoir devenir dantesque. Enfin, c'était très, très bien...

  2. #


    Inscription
    septembre 2009
    Messages
    177

    Par défaut Gina l'ouragan

    ...J'ai eu l'occasion de vivre un ouragan alors que j'étais en Floride. Il est de coutume de parler du calme avant la tempête dans de pareils cas. C'est exact, quelques heures avant l'ouragan, un silence de plomb, les animaux ont fui, les insectes n'osent même plus voler...Ce jeudi 14 janvier, j'avais bien en tête de 'tornader' avec Gina l'hurricane.
    A peine arrivé au Globe, je vais vers elle, Gina me regarde dans le fond des yeux, me prend la main qu'elle plaque sur un sein. Elle n'aime pas être prise de court. Social time appuyé et on monte en chambre.
    Elle prend son temps, sort son petit matériel s'ajuste, ça c'est le calme avant l'ouragan qui se prépare.
    Décidé à aller au bout de la démarche exploratoire, je verse de l'huile sur le feu. "Is it true that you love sex? Are you sure?"
    Là, j'ai dû y aller un peu fort, Gina n'aime que très moyennement être provoquée.
    Elle entreprend de commencer à me lécher un peu partout le corps, french kiss d'enfer, le visage, tout.... Quand je dis lécher, c'est vraiment lécher. Plus les gémissements en prime. C'est tout et partout. Je ne savais pas qu'un être humain puisse avoir des glandes salivaires aussi actives!! Et puis, jugeant m'avoir suffisamment érotisé lors de ce premier round, elle me prend la tête qu'elle me colle entre les cuisses puis s'en sert comme machine à plaisir . Une chance qu'il me reste encore quelques qualités d'apnéiste
    Ensuite, dans un déchainement vocal de cris et de gémissements, on enchaîne une mutitude de positions.
    Orgasme violent, ça y est 'we made it!!" Pfiouuu!
    On discute , j'aime bien sa voix légèremnt éraillée..Elle parle, beaucoup, des globophiles français qu'elle a rencontré, d'elle, et puis d'elle et surtout d'elle ...Je reverrai Gina en pleine forme toute la journée, me proposant l'après-midi une session spéciale avec une de ses copines, puis, vers 1h00 du matin, entourée d'un groupe de mâles qu'elle tripote allègrement.
    Pour des amateurs d'une bonne session PSE, Gina, 'Best by Test'

Connectez-vous pour lire les 11 autres messages sur le sujet


  1. #


    Inscription
    janvier 2008
    Messages
    21

    Gina la fliquette

    Pour porco et pour tous ceux qui sont pressés d'avoir une éval de Gina : Waooooooooooooooow

    Pour porco et pour tous ceux qui veulent des détails, lisez le texte ci-dessous :

    Gina est un très bon choix. Je ne sais pas si ce que j’ai vécu avec elle est la norme, mais je garde un excellent souvenir du moment que j’ai passé en sa compagnie.

    Depuis, je suis retourné 3 ou 4 fois au Globe, et je l’ai croisée en tous cas deux fois. Je ne l’ai pas rebookée, comme je n’ai pas rebooké mes deux autres coups de coeur (pour ne pas dire coups de queue), la pipeuse alsacienne Mélissa et la GFE allemande Leila (malheuresement plus au Globe depuis quelques mois) parce que je suis d’avis que le Globe, c’est comme un restaurant étoilé. Il y a tellement de bonnes choses à déguster que ce serait dommage de faire à chaque fois le même choix de menu. Chaque plat est une découverte, différente de la précédente, peut-être pas meilleure, mais certainement pas moins bonne, simplement différente, égale à la réputation de la maison. Le risque d’être déçu est petit, comme chez Rochat à Crissier ou chez Rabahey au Pont-de-Brent.

    Mais revenons-en à ma rencontre avec Gina.

    C’était n’année dernière, à l’occasion de la soirée de Carnaval organisée par le Club. A l’époque, je n’ai pas fait d’éval parce que je n’étais pas un visiteur régulier de Youppie. Les détails de ces instants de rêve sont encore assez précis à mon esprit. C’est en effet l’une de mes meilleures sessions avec une fille, avec celles de mes deux coups de queue, euh non, de coeur cités plus haut.

    Lors de cette soirée, toutes les filles sont bien sûr déguisées : infirmières, écolières, anges, démons, princesses, pirates, sorcières... toutes plus sexy les unes que les autres. C’est fou ce qu’un déguisement peut faire de l’effet, même et surtout avec un minumum de tissus!

    Au milieu de tout ce petit monde, un policier avec une ceinture pour son pistolet et ses menottes, une casquette, un mini short moulant, une minuscule veste qui ne cache presque rien d’une poitrine arrogante, et à la main, une matraque à l’aide de laquelle elle effectue de nombreuses arrestations. C’est Gina.

    Pendant la soirée, j’ai remarqué qu’elle a pas mal de succès, et une technique imparrable pour se mettre en valeur Elle emmène ses prisonniers dans la chambre située juste à côté du cinéma. Ce n’est pas une soirée FKK, mais au début de chaque session, elle sort de la chambre entièrement nue, avec seulement sa matraque à la main pour se diriger vers le bar où elle commande un verre pour son ours. Le temps d’être servie, à la vue de tous, elle utilise sa matraque d’une manière qui n’est prévue dans aucun manuel d’utilisation ni dans aucun réglement de police au monde, enfin c’est ce que je pense. Je vous laisse deviner la scène. Alors que cet engin est prévu pour faire mal et pour blesser, utilisé à la façon de Gina, il semble faire énormément de bien à celle qui le manipule...

    Il est bien clair que ses exhibs attirent tous les regards masculins sur elle et que les ours se disent que cette fille doit avoir un sacré tempérament. Je ne sais pas pour les autres, mais dans mon cas, c’est ce que j’ai pensé et j’ai eu la chance de le vérifier et de le constater par moi-même, un peu plus tard dans la soirée.

    Cela fait plusieurs heures que je suis au Globe. En général, j’arrive à l’ouverture, je passe les deux premières heures à me relaxer et à observer, avant de m’attaquer aux choses sérieuses.

    J’ai pu remarqué que Gina ne reste jamais longtemps seule. Je suis donc loin d’être son premier prisonnier de la journée, mais lorsqu’elle me présente sa carte de police et me signale qu’elle doit me placer en garde à vue, je suis loin de penser que je vais avoir droit à l’une des sessions les plus sportives de ma carrière. Pourtant auparavant, je me suis renseigné auprès d’un ours qui vient de la quitter. Je ne me rappelle plus exactement sa réponse, mais pour faire court, il m’a dit: woooooow!!!!!

    Après un petit moment calins pour faire connaissance, pour me montrer comment elle utilise sa matraque et pour vérifier si la mienne est opérationnelle, je l’accompagne dans la fameuse chambre qu’elle semble s’être réservée. Elle se met entièrement nue avant de me proposer un verre qu’elle va chercher au bar, seulement “vêtue” de sa matraque.

    A son retour, nous passons immédiatement à la deuxième partie de l’interrogatoire, avec fellation et cunni qui font monter la pression sur le prévenu. Gina est à mon écoute et ne cherche pas à raccourcir la session, bien au contraire. Mais c’est quand je m’occupe de son minou que je constate vraiment à qui j’ai à faire. Je ne sais pas si elle simule ou pas (si c’est le cas, c’est le top de la pro et elle mérite un oscar et un césar), mais elle semble prendre énormément de plaisir à ce que je lui fais. Elle ne se gêne pas pour se caresser les seins ou pour bien ouvrir son sexe de ses doigts. Si vous n’aimez pas une fille qui crie, ne choisissez pas Gina. Sans la sono, je crois bien qu’on l’entendrait dans tout le club.

    Nous passons ensuite aux choses sérieuses. Comment dire, si je me suis senti une fois dans la peau de Rocco Siffredi (pas pour la taille de l’engin), c’est bien à ce moment là...

    Heureusement que c’est ma 3ème session de la journée et que je suis habitué aux tortures les plus vicieuses, autrement, jamais je ne pourrais suivre le rythme de Gina. Je ne me rappelle pas des détails, mais nous essayons (et réussissons avec succès) plusieurs positions, certaines que je n’avais jamais testées dans ce genre de situation: en position debout, elle de dos, penchée en avant et appuyée au mur ou encore elle couchée sur le dos avec les jambes par-dessus mes épaules. Ses gémissements, ses cris de plaisir et de jouissance sont époustoufflants de réalité, pas comme certaines filles qui gémissent comme des robots ou des portes mal graissées alors qu’on a à peine commencé. Une preuve supplémentaire de l’autenticité de son plaisir est que, dès que la position le permet, elle se caresse les seins ou le clito.

    Elle me propose la sodomie, pour 100.- de supplément. Je lui réponds que ce serait avec plaisir, mais que mes finances ne me le permettent plus. Elle n’insiste pas et nous continuons nos galipettes.

    Pour terminer, je jouis sur ses seins. Au lieu de se précipiter sur un kleenex pour se s'essuyer, comme le font la plupart, elle se masse les seins jusqu’à ce que la dernière goutte aie disparu.

    Les 30 minutes sont déjà écoulées depuis un moment, mais elle n’est pas pressée de me quitter et pendant que d’une main, elle me caresse mon gourdin (qui ne fait plus peur à grand monde), nous partons pour un social time. Elle me parle d’elle, je me rappelle qu’elle a fait beaucoup de sport, de l’athlétisme, ce qui explique son endurance et sa souplesse. En discutant, de l’autre main, elle s’amuse avec sa matraque et elle la fait pénétrer dans son minou comme si c’est naturel. Elle aime vraiment le sexe, cette fille.

    Ma garde à vue finit par se terminer et nous libérons la chambre. Je pense qu’on a été plus près de l’heure que des 30 minutes. Je lui donne d’ailleurs un petit supplément.

    Nous nous quittons avec le traditionnel bisou et je me dirige vers les douches. Juste derrière moi, Gina arrive également (normal avec la crème qui parfume ses seins). Je lui demande si je peux l’aider à se savonner. Elle accepte et j’en profite pour la peloter encore une fois, pour glisser mes doigts dans ses coins les plus secrets (plus pour moi, na na na na nère..).

    Et là, ce qui doit arriver arrive. Alors que je finis de savonner Gina, ma matraque se remet au garde-à-vous. Ma fliquette préférée s’accroupit et me prend dans sa bouche pour une fellation devant deux témoins ébahis. Il ne me faut pas crier grâce, mais cette fois, dans le vide.

    Et ce n’est pas terminé. Une fois essuyée, Gina me fait signe de m’approcher et me tend une bouteille de lait corporel. Elle me demande de le lui étaler, ce que je j’accepte volontiers, avec nouveau pelotage et dernière glissade dans ses coins les plus secrets (plus pour moi, na na na na nère..).

    Toute bonne chose a une fin. Gina me quitte. Elle ne reste pas seule longtemps. Quelques minutes plus tard, je bois un café au bar avant de partir. Gina s’approche, nue avec sa matraque. Elle me fait un clin d'oeil complice avant de commander un coca pour le ............ de connard qui a pris ma place en prison.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité