Connexion
Youppie webcam confinement        

Discussion : Rue de Marnix : les récits de vos visites

  1. #


    Inscription
    mars 2015
    Messages
    298

    Par défaut

    Citation Posté par huymai Voir le message
    Le Covid n’a pas grand chose à voir avec ça.

    Mais comme on ne peut pas parler de ce qui fait que c’est environ 30% vide, on va dure que c’est ça 
    je ne vois rien qui serait contraire à la charte de youppie pour expliquer à ceux qui ne le savent pas... le pourquoi du comment on a plus de la moitié des salons qui sont vides... surtout que c'est (un peu) un secret de polichinelle... les filles présentent en parle ouvertement avec les clients...

  2. #


    Inscription
    août 2007
    Messages
    97

    Par défaut

    Citation Posté par yves9 Voir le message
    Y a pas que le dimanche que c est mort. Quand on voit que maintenant beaucoup de maisons sont vide alors qu avant le covid toutes les maisons étaient occupées
    Le Covid n’a pas grand chose à voir avec ça.

    Mais comme on ne peut pas parler de ce qui fait que c’est environ 30% vide, on va dure que c’est ça 😏

Connectez-vous pour lire les 300 autres messages sur le sujet


  1. #


    v79 Guest

    Rue de Marnix : les récits de vos visites

    La sinistre rue de Marnix est tout ce qui reste du quartier rouge (red light district) de Seraing , ville industrielle située à proximité de Liège, sur les rives de la Meuse.
    Ce quartier à vitrines était en effet jadis plus étendu : outre la rue de Marnix, il comprenait la rue de la Glacière, ainsi que les rues Ferrer et Bruno - la fameuse Cour des miracles. Mais les vitrines de ces autres rues ont définitivement disparu et le quartier s'est rétréci comme une peau de chagrin.
    Il se situe non loin des quais longeant la Meuse, dans le bas de la ville de Seraing, à l'intérieur d'une zone industrielle et d'entrepôts. La rue est accessible en voiture, avec, en montant, sur le côté droit, une quarantaine de vitrines, dont certaines en hauteur, et sur le côté gauche, des installations industrielles appartenant à Cockerill et fonctionnant de jour comme de nuit avec un certain vacarme. Les vitrines sont donc d'un seul côté et leurs numéros dans la rue toujours pair.

    La rue est assez sure : il n'existe pas de toxicomanie apparente et des patrouilles de police la remontent régulièrement. Le choix en filles est peu étendue : toutes les vitrines sont loin d'être simultanément ouvertes. La plupart des filles sont d'un physique moyen et entre deux âges ; ce sont essentiellement des belges, et le quartier n'a jamais été colonisé par les filles de l'est, à la différence des Schipperstraat à Anvers ou des rues du Champion et de l'Agneau à Liège, à une époque aujourd'hui révolue. Quelques rares filles de l'est y travaillent cependant. Parfois, dans certaines vitrines, on découvre une fille jeune et jolie comme un rayon de soleil perçant un épais brouillard...

    Les vitrines offrent un meilleur confort que les carrés de la rue d'Aerschot à Bruxelles : présence d'un lit, existence d'un point d'eau le plus souvent et pas de "Madame" exigeant un pourboire en sus du prix convenu avec la fille.

    Les tarifs débutent à 25 € la fellation, voire la fellation et une position pour certaines de ces dames ; "le classique" ou "complet" vous coûtera 50 € et la demi-heure, de 80 € à 100 €.

    Le forum www.dialogueslib.be contient un fil très complet sur les demoiselles de la rue de Marnix.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité