Connexion
Youppie webcam confinement        

Discussion : La prostitution vue des 2 côtés du Rhin

  1. #


    Inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Ici et là mais pas assez là...
    Messages
    19 832

    Par défaut

    Citation Posté par leilaxxl Voir le message
    pourquoi un risque de probleme pour un rapport avec une femme enceinte ou handicapée ??
    handicapée mentale je comprends mais handicapée physique ???
    merci de me renseigner ...
    Une personne handicapée physique n'aura pas les moyens physiques de se protéger ou de refuser des avances...

  2. #


    Inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Paris
    Messages
    732

    Par défaut

    oui je crois que ça a à voir avec l'Abus de faiblesse. C'est du soit à l'age, soit à un état particulier de la personne...

Connectez-vous pour lire les 6 autres messages sur le sujet


  1. #


    Inscription
    avril 2009
    Messages
    591

    Par défaut La prostitution vue des 2 côtés du Rhin

    Aujourd'hui il y a encore eu un article dans "Aujourd'hui en France" sur le "grand retour de la prostitution de rue".
    2 pages pleines avec des photos tout ça pour nous dire que la loi sur le raccolage passif était de moins en moins efficace ... Curieusement ils parlaient essentiellement des africaines et des filles de l'Est; mais les activités de nos marcheuses asiatiques (qui se sont quand même considérablement développées ces dernières années) ne sont pas évoquées. Un petit encadré pour nous rappeler que le "client ne risque pratiquement rien" sauf à fricoter avec une mineure, une femme enceinte ou une femme handicapée. Une évocation d'une mission parlementaire pour étudier le phénomène ...
    Au delà du Rhin, j'ai trouvé cet été un article sur la prostitution qui me fait penser que nos amis teutons sont - comme dans beaucoup de domaines - un peu en avance sur nous. Il est vrai que chez eux la prostitution est certainement plus développée et plus organisée que chez nous. J'ai donc traduit vite fait cet article et ne résiste pas au plaisir de le soumettre à votre sagacité et à vos remarques toujours pertinentes sur ce site .... Je n'ai pas très bien compris la 1e question, mais la suite est intéressante.

    Des étoiles pour le niveau de qualité des bordels (Mitteldeutsche Zeitung, 24 juillet 2010).

    Entretien avec Simone Kellerhof de l’association « Hydra » qui s’occupe depuis 30 ans de la prostitution

    Q : Est-ce que les bordels sont des cas particuliers comme les « pussy clubs » ?
    R : Oui, encore
    Q : Comment ça, encore ?
    R : Parce que la concurrence est de plus en plus forte. C’est la compétition, qui est de plus en plus dure, comme dans d’autres secteurs d’activité. Il y aura toujours les bordels importants et qui tournent, mais avec des offres ayant de moins en moins de valeur.
    Q : Qu’est-ce que cela signifie, pour les femmes qui y travaillent?
    R : Cela a des conséquences dramatiques. Lorsque tout devient moins cher, le client a vraiment l’impression que le sexe ne coûte presque rien. Cela entraîne par exemple que de plus en plus de clients exigent du sexe non protégé, et au final, ils l’obtiennent.
    Q : Beaucoup de femmes de l’Europe de l’est ont du travailler dans les « Pussy Clubs » et souvent on peut soupçonner du trafic d’êtres humains.
    R : Pour que cela soit clair, le trafic d’êtres humains commence dès qu’un manager de bordel fait travailler chez lui des femmes qui ont entre 18 et 21 ans. Même si les femmes font cela de leur propre volonté, on peut établir le trafic d’êtres humains. Depuis que les frontières sont ouvertes avec les pays « nouveaux entrants » (Roumanie, Bulgarie, Hongrie), des prostituées viennent de là-bas le plus souvent de leur plein gré pour travailler ici. Elles utilisent les infrastructures existantes. Comme elles viennent de milieux très précaires, les mauvaises conditions de travail qu’elles trouvent ici constituent finalement une amélioration pour elles. Mais puisqu’elles ne connaissent pas les conditions juridiques ou se font mal conseiller, elles tombent rapidement dans des rapports de dépendance et même d’exploitation.
    Q : Qu’exigez vous pour améliorer globalement les conditions de travail des prostituées ?
    R : La loi sur la prostitution est au programme du ministère des femmes. Cela concerne la sécurité sociale, la morale, la violence et le trafic d’êtres humains. Mais la majorité des femmes se décident seules pour la prostitution et ont besoin d’une sécurité juridique et sociale. C’est pour cela que nous voulons que cette loi aboutisse et que la prostitution soit reconnue comme activité professionnelle. Et à ce moment-là, nous aurons des « standards » clairs de travail, d’hygiène et de prix. Et il y aurait la possibilité de signer des accords professionnels. Nous pourrions fonder un syndicat professionnel et faire attribuer des étoiles aux bordels, comme il en existe pour les hôtels. La majorité des clients souhaite en effet avoir un service « politiquement correct ».

    A quand la CGT du sexe .... ???
    Vos remarques et commentaires ??? en souhaitant que j'ai mis ce fil dans la bonne rubrique ...

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité