Connexion
Youppie webcam confinement        

Discussion : Une drôle de visite!

  1. #


    Inscription
    juillet 2008
    Localisation
    Saint-Etienne
    Messages
    566

    Par défaut

    Pardon j'ai du mal m'exprimer, les rencontres faites sont soit des acquéreurs / vendeurs ou bien des agents immobiliers comme moi !

    Sinon deux par semaine serait bien hé

  2. #


    Inscription
    avril 2007
    Localisation
    Belgique
    Messages
    423

    Par défaut

    Citation Posté par R888 Voir le message
    Sympa comme histoire, je suis moi même agent immobilier et je rendontre assez quotidiennement des dames soit clientes soit pro. J'ai eu une expérience avec une cliente, et une autre avec une commerciale en 7 ans de dur labeur

    Deux expériences seulement en 7 ans?

    Deux par an serait mieux, n'est-ce pas?


Connectez-vous pour lire les 16 autres messages sur le sujet


  1. #


    Inscription
    mars 2008
    Messages
    273

    Par défaut Une drôle de visite!

    J'ai eu, il y a quelque temps l’envie de changer d’appartement. Ma femme en vacances avec les gosses, j'avais pour consigne de lire les annonces, d'appeler , de visiter et à son retour nous visiterions de concert avant de signer... Je passe donc mon temps à regarder les annonces quand parmi la multitude, une attire mon attention : 3 pièces, bien situé, affaire à saisir, prix négociable… Je téléphone et prends rendez-vous avec une charmante voix féminine ...
    Je vous passe les détails de l'accueil et de l'attente dans l’escalier avec quelques couples de tout âge. La représentante de l’agence se décide enfin à m'appeler.
    Une femme, plutôt grande, filiforme, entre roux et châtain, les cheveux tirés en arrière. Tailleur sombre, talons hauts. une allure entre normal et attirant.Son accueil est plutôt froid... Elle doit avoir entre 40 et 50 ans, difficile à dire. Plutôt jolie, très peu maquillée, rien d'excitant non plus ... Mais je ne suis pas là pour ça de toute façon ! visite morne…L’appartement est sans allant…Entrée fonctionnelle, placards, double vitrage…Elle m’arrache un bâillement
    - Je vous ennuie ?
    - Euh ! non dis-je gêné !
    - Suivez- moi !
    - Salle de bain avec baignoire, vous noterez que l’ancien propriétaire a laissé un bidet, vous pourrez l’enlever pour gagner de la place mais j’aime son côté rétro…
    - Cela peut encore servir dis-je
    - Vous en avez l’utilité ? lance t-elle séchement.
    - Maintenant la chambre…Elle est assez grande ! une grande fenêtre donnant sur le parc…Ah veuillez m’excuser dit-elle en sortant son téléphone
    Elle sort et je l’attends sagement…
    À travers la cloison de la chambre, je l’entends parler et une sensation étrange m’envahit en l’écoutant. Je sens mon sexe se durcir et une érection assez peu discrète remplie mon pantalon.
    Elle revient et reprend la visite en passant dans la cuisne. Mais je ne la suis pas restant dans la pièce afin d’attendre la fin de cette érection intempestive….
    -Monsieur ! je n’ai pas la journée à vous consacrer dit-elle d’une voix à nouveau cassante.
    Mais au lieu de me calmer, sa voix me fait durcir à nouveau et le sang me monte aux tempes… Elle est derrière moi, je la sens
    -Monsieur ! je vous parle !
    J e me retourne elle me regarde longuement puis ses yeux s’aperçoivent de mon trouble
    -Ah ! je vois !
    - Je suis désolé madame, c’est affreusement gênant, dis-je d’un ton timide et confus.
    - Reste là dit-elle
    - Je vous prie de m’excuser, je ne comprends pas ce qu’il m’arrive, dis-je faiblement comme un petit garçon qui vient de faire une bêtise.
    - Tais-toi dit-elle !
    Elle sort de la chambre et se dirige vers la porte d’entrée, l’ouvre et déclare aux deux couples restants
    -Désolé mais monsieur est intéressé et il prend une option je suspends les visites pour l’instant…
    J’entends la porte qui claque et le verrou qui se ferme…
    Elle revient vers moi. Je vois son regard s’abaisser sur mon sexe. Je me sens un peu gêné. J’ai l’impression que ce moment dure une éternité.
    - Comme tu es disposé à me montrer ta bite en érection, tu vas en profiter pour me montrer comment tu te branles … Dit-elle d’une voix rude.
    - Hein !
    Elle me gifle. Je suis sous le choc, mais mon érection ne faiblit pas
    -Déshabille toi !
    Je ne sais pourquoi je lui obéis, complètement sous son emprise. Je m’exécute retirant mes vêtements. Maintenant je suis nu. Je sens ma verge gonfler à chaque battement de mon cœur, je me retrouve avec la bite tendue comme un arc, ça me fait presque mal.
    - Retourne-toi !
    Cette phrase claque comme un coup de fouet. Elle me glaçe le sang, et mon cœur se met à battre à tout rompre. Pourquoi me tutoyer tout d’un coup ?
    Mais qu’est ce que je fais là ! Je ne sais pas comment réagir. Je suis pétrifié, je veux me rhabiller et partir en courant, mais je reste là, impossible de bouger, et en même temps je suis terriblement excité par la tournure que prend cette visite…
    - Allons ! J’attends ! dit-elle, impatiente.
    Je me retourne enfin, lui montrant mon cul. Elle en profite pour d’enlever la veste de son tailleur. Elle porte une chemise blanche et commence à la déboutonner. Je reste debout face à la fenêtre, et comme elle le désire, ou plutôt l’exige, je commence à me caresser. Je la sens proche de mon dos, elle me passe une main sur les fesses et m’assène une grande gifle…J’ai le cul qui me brûle.
    - Branle toi j’ai dit !
    Elle me retourne vivement, et me regarde, toujours avec cet air sévère, me branler lentement. Elle enlève sa chemise et dégrafe son soutien-gorge, me présentant une belle poitrine avec du caractère... Ses seins ne sont pas lourds mais tombent légèrement ajoutant à l’harmonie du moment, les tétons tendus et des aréoles larges. Elle garde sa jupe, je m’aperçois qu’elle ne porte rien en dessous. Elle est en face de moi, je suis toujours la bite à la main. Elle me pousse vers le mur, je sens la froidure du mur me mordre les fesses, je frissonne…
    Elle commence à faire glisser sa main le long de ses cuisses. Elle porte des bas, ses mains remontent de plus en plus, elle fait remonter sa jupe jusqu'à la taille, j’ai ma bite en face de son sexe entièrement épilé, elle glisse ses doigts dans sa chatte, me regarde de haut et me dit :
    - Branle-toi plus vite, secoue-moi bien cette bite ! Et tu n’as pas intérêt à jouir !
    Je me mets donc à me branler plus rapidement, je serre ma bite dans ma main, je décalotte bien mon gland qui est devenu humide, je remonte et descend ma main, de l’autre je me caresse les couilles.
    Je la regarde se caresser elle aussi, elle pince ses lèvres, puis glisse sa langue entre ses lèvres. Elle a plusieurs doigts dans sa chatte et les fais rentrer et sortir rapidement. Elle regarde ma main monter et descendre sur ma hampe.
    - T’es pas mal comme ça ! Tu as une belle bite… Tu vas fermer les yeux maintenant et ouvrir la bouche, dit-elle, toujours sur un ton sec.
    J’obéis. Elle me met les doigts qui étaient dans sa chatte dans ma bouche en les faisant aller et venir, comme si je suçais une queue. Son goût est bon, ses doigts visqueux trempent dans ma bouche.
    - Oui c’est ça ! Goûte-moi, branleur.
    Elle remet ses doigts dans sa chatte et me les remet ensuite dans la bouche. J’ai sa mouille partout. Elle me prend la nuque de ses deux mains, et me plaque violemment la tête sur son sexe. Elle appuie fortement, me force la tête contre son ventre tendu.
    - Vas-y maintenant ! Bouffe-moi, je veux sentir ta langue dans ma chatte bien au fond. Tu as compris !
    J’ai le visage enfoui dans sa chatte, elle me tient toujours aussi fort la tête, je peux à peine respirer. Je lui lèche sa chatte devenue trempée, j’enfonce ma langue le plus profondément possible dans son vagin, son liquide coule maintenant dans ma gorge. Je suis humilié par cette femme. Elle respire fort, mais ne fait pas de cris, comme si elle veut me montrer que c’était bien elle qui domine, mais je sens son orgasme monter, elle me plante ses ongles dans la nuque tout me tenant violemment la tête entre ses cuisses. Cette fois je ne peux plus respirer, elle me fait mal, elle se branle littéralement l’entrejambe sur mon visage. Elle est secouée par plusieurs spasmes, elle me frappe le visage avec sa chatte à chacun d’eux.
    Elle me retire la tête de son ventre en me tirant par les cheveux. Je sens mon visage inondé de mouille. Elle me gifle à nouveau. Elle me tire la tête en arrière par les cheveux et dit :
    - Tu m’as fait jouir trop vite ! Je vais te punir !
    Me tirant par les cheveux, elle m’oblige à me lever aussi, puis me jette par terre, sur la moquette de la chambre. Je proteste, elle me fais mal.
    - Allonge-toi ! Reste sur le dos ! Oui, comme ça ! Allez ! Branle-toi maintenant !
    Je m’exécute, je me branle, j’ai encore le visage humide, mes joues sont brûlantes de honte. Je m’astique le chibre violement, je suis dans un état second. Elle est toujours debout, elle tourne autour de moi. Elle saisit un appareil photo qui se trouve dans son sac et servant s’en doute à prendre d’autres appartements et commence à me shooter.
    - Vas-y ! Branle-toi bien ! Va plus vite ! Oui c’est ça !
    Elle a toujours sa jupe remontée à la taille et ses seins à l’air. Je regarde sa chatte, j’ai envie de la bouffer encore.
    - Qu’est ce que tu regardes comme ça, petit vicieux ? C’est ma chatte que tu regardes, hein ! Elle te plaît, hein ?
    - Oui madame, elle me plaît….
    - Je savais que tu étais un petit vicieux…
    Elle se tient debout, les jambes écartées au-dessus de ma tête, et commença à descendre. Elle vient écraser son sexe à nouveau sur mon visage. Elle reprend encore quelques photos de ma main en train de caresser mon sexe, puis elle pose l’appareil.
    - Allez ! Montre-moi un peu ce que tu sais faire !
    Elle s’est accroupie sur mon visage, sa main caresse son clitoris pendant que j’enfonce encore ma langue dans sa chatte. Puis elle se redresse un peu, et de ses deux mains, elle écarte ses fesses, me présentant son anus.
    - Allez maintenant, lèche-moi le trou ! Je veux sentir ta langue dans mes fesses ! Applique-toi bien !
    Je vois ses doigts caresser et pénétrer sa chatte, elle mouille abondamment. Ma langue lèche son petit trou, puis je la pénètre de ma langue. Pour la première fois je l’entends gémir, me faisant comprendre qu’elle y prend du plaisir.
    - Oh oui ! Ça me plaît bien, ça ! Je vais jouir dans ta bouche ! Continue !
    Je sens son anus se contracter sur ma langue, et, dans un sursaut , je reçois une décharge de son jus en plein visage. C’était la première fois que je vois une femme expulser autant de liquide. Je crois étouffer, tellement j’en ai dans la bouche. Son jus coule le long de mes joues et poursuit sa course sur mon torse…
    Excité et troublé par cette expérience, j’ai continué à me branler pendant qu’elle joui sur mon visage, et je ne peux me retenir plus longtemps, la sève qui me remplit les couilles ne demande qu’à sortir, je décharge de longues salves de sperme sur mon ventre, et je continue frénétiquement à branler mon membre.
    - Tu as joui ! s’écria-t-elle. Qui t’a donné la permission ?
    Je suis KO sur sa moquette, comprenant à peine ce qu’elle me dit, j’ai du mal à reprendre mes esprits, tant mon orgasme est puissant.
    - Je ne pouvais plus me retenir, je suis désolé… Dis-je, finissant par recouvrer la parole.
    - Ce n’est pas à toi de décider ici ! Mets-toi à quatre pattes, je vais te montrer ce qui arrive quand on me désobéit ! À quatre patte !
    J’obéis à son ordre, je me place à quatre pattes, je me sens plus que jamais humilié, presque torturé par cette femme. Elle commence alors à me frapper les fesses.
    - Cambre-toi ! Tend-moi bien ce cul !
    Me voilà les fesses cambrées, ses claques commencent à me brûler, puis elle me caresse les fesses, passe sa main entre mes cuisses, me pelote les testicules, me branle la bite par derrière, je n’ai pas débandé depuis que j’ai craché ma semence.
    Lèche par terre dit-elle en me mettant la tête contre le sol ! Tu vas nettoyer pour les prochaines visites…Allez ! Et elle m’appuie la tête avec le talon de sa chaussure…
    -Voilà gentil garçon !
    - Alors comme ça on se rase les poils ? Ce sont les filles qui font ça ! dit-elle. Je vais te montrer ce que je leur fais, moi, aux filles dans ton genre….
    Elle crache sur mes fesses à plusieurs reprises, je sens sa salive couler entre mes fesses. Elle commence à me caresser l’anus lentement, étalant bien sa salive sur ma rondelle. De l’autre main, elle continue à me branler en serrant très fort ma bite dans sa paume. Je sens un doigt me pénétrer, surpris, je serre les fesses, essayant de lui barrer le chemin, mais elle force de plus belle…
    - Allons allons ! Ne me dit pas que tu n’aimes pas ça, petite pute ! Je vais te sodomiser comme tu le mérites.
    Je réussis à décontracter les muscles de mon cul, puis je sens qu’elle y enfonce un doigt de plus. Je suis pris entre la douleur et le plaisir, et finalement le mélange des deux est si intense que je commence à perdre mon pied. Je râle de plaisir, je souffle fort, je donne des coups de reins pour l’aider à me pénétrer encore plus profondément.
    - Je savais que tu allais aimer ça, elles aiment toutes ça, les salopes dans ton genre.
    Je sens l’orgasme monter lentement, l’explosion est proche… Ses doigts continuent à me violer les fesses, jamais je n’ai ressenti un tel plaisir.
    - Je vais jouir madame… dis-je, essoufflé…
    - Retourne-toi ! Mets-toi sur le dos…
    Je m’exécute, je n’en pouvais plus… Elle s‘assoit sur moi, les fesses posées sur mes jambes, sa chatte contre ma bite, elle est face à moi. Elle me branle de plus en plus fort, en frottant ma bite contre son pubis. Je ne peux me retenir longtemps, et je finis par cracher ma semence. De longs traits de sperme éclaboussent sa chatte. Tout mon corps sursaute à chaque éjaculation, je serre les dents pour ne pas crier tellement l’orgasme est violent. À peine ais-je repris mes esprits qu’elle se redresse et présente sa chatte dégoulinante de sperme face à mon visage…
    - Tu vas me nettoyer ça maintenant, et que ça soit propre !
    Je lui lèche son con enduit de sperme, prenant bien soin de bien tout nettoyer. J’ai déjà goûté mon sperme, mais là, le goût est mélangé avec celui de sa divine mouille. C’est bon, je m’enivre, je ne me contrôle plus, elle peut faire de moi tout ce qu’elle veut…
    - C’est bien ! Je suis propre maintenant !
    Elle se lève, m’abandonne au sol, à moitié mort… Elle rabaisse sa jupe et se dirige vers la salle de bain, elle se nettoie dans le bidet et se rhabille.
    Je l’entends me dire
    -Tu vois que cela sert un bidet chez soi !
    Je retrouve la force de me lever, je titube jusqu'à mes affaires, et me rhabille aussi. Elle est maintenant devant la porte d’entrée la main sur le verrou. Quand je me dirige vers elle, elle me tendit la main et me dit :
    - Il faudra revenir nous voir, nous avons d’autres propositions à vous faire, disons, dans …Une semaine ? Voici ma carte n’hésitez pas à m’appeler…
    - Euh ! Oui…
    - Téléphonez- moi dit elle en sortant, pour le RDV… Bonne journée Monsieur.
    Je sors de l’appartement , sonné, titubant presque, comme saoul. Je suis allé directement dans le bar le plus proche pour prendre un cognac comme remontant…
    Ma femme me téléphone alors pour me demander comment s’est passé la visite…
    -Bof ! Bof… Tu sais le quartier n’est pas terrible dis-je. Je n’aime pas cette porte de Champerret, j’aimerais un endroit plus calme….
    Je suis rentré chez moi, humilié, le cul défoncé, les bourses vides, et le vice des visites d’appartement dans la peau. D’ailleurs la semaine prochaine mon agente immobilière m’a promis une très belle visite « Vous ne pourrez pas dire non , j’ai des photos à vous montrer … »

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité