Connexion
Youppie webcam confinement    Votre pub ici    

Discussion : Mombasa et la côte

  1. #


    Inscription
    octobre 2011
    Localisation
    belgique
    Messages
    77

    Par défaut

    Premiers retours depuis mon arrivée.
    Je suis retourné au Cowrie shell, même s'il a des inconvénients, il est propre et j'y ai mes habitudes.
    Depuis samedi, je suis passé au cheers, volume club, safari inn, new big tree, Anuba lounge, hypnotica et Casaurina. Le retour est plutôt mitigé pour le moment.
    Cheers est plutôt vide, quelques pros sont dans le coin mais celles que j'ai vu avaient trop d'heures de vol pour moi.
    Volume club, j'ai fait la bêtise d'y aller trop tard samedi soir. Hyper blindé, du coup un service de m..., impossible de se fixer tranquille pour observer la faune locale, du coup j'en suis parti vite. j'y retournerai un jeudi ou vendredi et de bonne heure.
    Safari Inn plonge de plus en plus dans la médiocrité, à part aller manger des gambas avec un discount de 20% le jeudi soir, y'a rien à y faire pour moi.
    Anuba lounge et tapas cielo même combat, beaucoup de couples constitués, pas beaucoup de chasseuses et un service à l'Africaine, long, long, long, très très long...
    Reste hypnotica, petite boîte un peu sale, mais moi j'aime bien, quelques jolies filles qui chassent, bonne musique. Par contre n'y allez pas pour le show du mardi soir c'est juste moche.
    Enfin Casaurina le grand pourvoyeur de filles du coin. toujours égal à lui même, glauque, sale, mais avec l'ambiance qu'il faut en Afrique.
    Mes "conquêtes" :
    Une fille de Badoo, bonne famille, un peu bourge coincée et qui malheureusement est restée un peu coincée aussi par la suite. One shot et puis s'en va
    Une jolie fille au Casaurina et devinez quoi, c'était sa première dans la cour des grandes (et je suis sur que c'est vrai). Y'a qu'à moi que ça arrive ça ! Toutefois elle ne s'est pas démontée et a assuré le taf jusqu'au CIM. J'avoue qu'au départ je n'y croyais pas.
    Un mannequin chopé sur Tinder très exhubérante, qui veut bien faire mais ne sait pas trop comment s'y prendre. Faudrait lui donner des cours mais j'avoue que je n'ai pas trop le courage et le temps.
    Une masseuse au seins énormes, qui m'a fait un deepthroat de toute beauté !
    Bon c'est peu mais j'ai aussi d'autres occupations, et je ne sors pas tous les soirs.
    Ha oui pour ceux qui souhaitent savoir, ca va de 2000 le short time à 4000 la nuit lorsqu'elle s'est donnée à fond.
    La suite au prochain numéro !

  2. #


    Inscription
    août 2017
    Messages
    94

    Par défaut

    Beaucoup de marocaines agissent également ainsi. J'ai mis longtemps à comprendre qu'il fallait savoir rester ferme et s'imposer, voir imposer les règles. Elles savent que les européens, sont "mielleux" et n'hésitent pas à nous faire du rentre dedans, dans le but de nous écraser, manipuler ou simplement obtenir ce qu'elles veulent.
    Pour comprendre, j'ai regardé comment agissaient les mecs dans leurs pays respectifs. Ce sont eux les patrons, et je vous assure qu'elles ne bronchent pas car ils ne perdent pas leurs temps à arrondir les angles, ils rentrent dedans.
    Il faut juste apprendre à être ferme et déterminé,, tout comme avec les rabatteurs ou les vendeurs de rue d'ailleurs,
    Et quand vous les remettez à leur place, elles sont toutes gentilles car elles savent très bien qu'elles sont allées trop loin, leur signifier, et les bloquer ou pas, mais généralement elles recommencent très vite leur petit manège, donc ne pas perdre de temps. Le respect avant tout.

Connectez-vous pour lire les 122 autres messages sur le sujet


  1. #


    Inscription
    décembre 2006
    Messages
    53

    Par défaut Mombasa et la côte

    En 2005, je me suis rendu deux fois sur l'année à Mombasa sur la côte au Nord de la ville, là où on trouve entre autre le Tambo et Cassarina que mentionne Routard dans les généralités.

    A vrai dire, s'il est vrai que ces boîtes sont des repères immanquables, les filles se trouvent partout.

    Le premier soir, arrivée tardive à l'hôtel vers les 23h00. Le temps de prendre occupation de la chambre, de manger un bout et de boire un verre au bar de l'hôtel, les deux heures du matin sont là ! Bredouille bien sûr vu que je n'ai pas encore mis un pied à l'extérieur....

    Voilà que j'aperçois le jeune homme qui avait porté mes bagages et que j'avis gratifié d'un pourboire assez généreux :
    - Ah bonsoir, tu ne connais pas par hasard un bar ou une boite où je pourrais prendre un verre ?
    - Et avec des jolies filles ?
    - Bah... pourquoi pas ?

    Voilà qu'il m'emmène sur la plage et me fait découvrir une petite discothèque / bar face à la mer, à ciel ouvert :
    - Là, vous pouvez allez, pas de problème

    Pas de pépin et pas de clients non plus ... si ce ne sont deux filles.

    Direction le bar et une bière.... puis je m'assieds pour voir la piste et croiser le regard des filles au cas où...

    Quelques minutes plus tard, les voici à ma table. L'une des deux me semble bien et j'enchaine la discussion avec elle.... Pas question d'argent, ni de baise.. on discute tranquille..

    Lui annonçant mon départ pour l'hôtel, elle se lève pour m'accompagner jusqu'à l'entrée. Bien, bien... mais impossible de ramener à l'hotel de toute manière. C'est donc là que je décide de prendre la mauvaise direction à la sortie du club et de partir dans l'autre sens sur la plage.

    Elle me laisse me tromper et j'en ressens un signe de connivence. Un peu plus loin, je l'enlace et découvre qu'elle n'est pas contre du tout, que du contraire....

    Entre quelques planches de surf et un cabanon, nous trouvons un coin sombre où laisser s'épancher nos soifs. La sienne tout d'abord, de sentir mon sexe s'épanouir ... et quelle pipe fabuleuse ! J'ai souvent trouvé de bonnes suceuses mais celle-ci était de classe mondiale ! Elle me fit le bonheur de la prolonger jusqu'à la dernière goutte et d'avaler en douceur le fruit de mon plaisir. Quelle merveille face à l'océan indien.

    Nous enchainames ensuite sur une session de baise sous les planches de surf où elle me conduit encore au 7ème ciel...

    5 h du matin, je la salue cette fois et on se promet de se revoir. "Tu n'aurais pas un peu d'argent pour mon taxi, stp ?" Ah oui, bien sûr... et je lui donne 300 shillings (3 euros).

    On s'est revu pendant le séjour mais pas tous les jours car je devais aller voir plus loin aussi, quand même !

    Le Kenya, après ces premières heures prometteuses, ne me décevra jamais....

    Suite bientôt....

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité