Connexion
Votre pub ici    Youppie webcam confinement    

Discussion : Casamance

  1. #


    Inscription
    octobre 2017
    Messages
    10

    Par défaut Jour 8 & 9

    Suite de mon sejour ayant débuté ici : https://youppie.net/showthread.php?3423-Dakar

    JOUR 8 : La surprise du Cap Skirring (Casamance)


    Durant 7 ans, je me suis rendu plusieurs fois au Cap Skirring, mais je ne suis jamais sorti de l’aéroport.
    Quel agréable surprise de revoir le personnel de cet aéroport, ça n’a pas changé, et les même personnes sont présentes.
    Nous sommes arrivés mon collègue et moi à 9h, sur cette piste cabossée.
    L’aérogare n’a pas changé, si ce n’est qu’il se délabre lentement mais surement.
    Sortie, et direction notre hôtel.
    On a deux jours ici, la première sera pour festoyer, la deuxième pour récupérer !
    Nous n’avions guère eu le choix pour la réservation, car fin de saison touristique oblige, on croise toutefois les doigts pour voir un peu d’animation.
    Nous avons réservé au Balafon, d’autres l’appelleront Balafion, aller savoir pourquoi.
    Nous sommes bien reçus par le propriétaire français.
    Hôtel pas cher, au centre du village du cap skirring, donc proche de tous les restaurants et boite.
    Cet hôtel dispose d’une piscine, et d’un bar.
    D’un bon rapport qualité prix 25000 f la nuit (38€), vous avez une chambre avec climatisation et salle de bain et wifi et bien sûr girl friendly.
    Certes le mobilier fait vieillot, mais ça ne me dérange pas.
    Prise des quartiers… Laissons tomber le costume pour jean chemise.
    Matinée consacré au travail administratif, puis vient l’heure du déjeuner.
    Mais où allons-nous nous restaurer ?

    Guide du broussard, prends ton sac à dos canif et capote, maillot de bain, et suis moi, on va bien découvrir quelque chose… Avant de partir, je laisse des capotes sur la table de nuit, du lubrifiant aussi, et des capotes dans la salle de bain. Le reste dans mon pantalon.
    En attendant mon collègue, je sympathise avec le gardien et effectue de la monnaie.

    Guide du broussard2 a l’aventure, effectuez toujours de la monnaie et gardez la dans une poche, séparé des gros billets, ça vous sera utile, que ce soit pour le pourboire ou même à moitié bourré, de payer le taxi, sans trop perdre de temps en négoce ou autre, pendant que vous avez une belle sur la braise.


    Notre hôtel jouxte la seule rue centrale, il n’est donc pas statistiquement impossible de ne pas trouver de resto ouvert…
    Nous descendons la rue vers le rond-point principal, pour atteindre un restaurant à la devanture sympathique, au bon nom bien de chez nous, Le Biarritz !

    Partie terrasse donnant sur la rue, et partie intérieur. Gargote petite mais personnel aimable et accueillant.
    Nous choisissons la terrasse, et contrairement à Dakar, où il est impossible de se balader dans la rue, ou déjeuner en terrasse, sans être constamment alpagué par les vendeurs ambulants de cintres et de miroirs, ici au Cap Skirring, on ne vous pompe pas l’air.
    Sur les suggestions du chef, et de la patronne, nous commandâmes un panini fait maison. Absolument délicieux, et pour pas cher.
    Appréciant la vue de la rue, placé à un endroit stratégique, nous ne vîmes que dalle, pour ce qui est de la gente féminine, toutefois, le soir ça risque d’être prometteur.

    Le serveur nous garantissant qu’il y a encore un peu de monde par ici, et que ce soir, il y a soirée africaine a la case bambou ou casa africana, je ne me rappelle plus, il nous invite donc à repasser par ici.
    Sur les conseils de la tavernière, Milf belge je crois, nous primes la direction vers le club méditerrané, afin de passer une après-midi plage.

    Rien de concret, si ce n’est, palmiers, chaleur, vent, plage vagues.
    On croise surtout des touristes d’âges murs, et très peu de local.

    L’apéro arrivant à grand pas, nous décidâmes d’aller à la découverte de quelques bars.
    En face du Biarritz, il y a un bar dont j’ai oublié le nom. La musique est un peu forte, et il y a du monde.
    Principalement des touristes belges, et quelques sénégalaise ou guinéenne.
    On s’installe proche d’un couple, ou papy reluque les sénégalaises et mamie les boys (je ne dénigre pas) dansant superbement bien.
    On rigole un peu de cela, puis on aperçoit trois belles gazelles arrivant à la table d’à côté.
    Elles esquissent un beau sourire en passant devant nos tables.

    Je pense que papi et mamie, n’ont pas perdu une miette de ce qui va se passer.
    Toutefois, nos boissons fraiches arrivant, le serveur se trompe de table pour servir ces dames.
    Mon collègue n’ayant pas la langue dans sa poche, interpelle ces dames et le serveur en expliquant que ce n’est pas parce qu’il doit succomber au charme de ces dames, qu’il a le droit de se tromper de table non mais !
    Le serveur fut tout confus, les dames rigolent, et j’enchaine en m’adressant à elles, que la beauté engendrant des erreurs de services, qu’il serait intéressant quelles se joignent à nous, afin de ne plus être lésiné de la soirée !
    Nous commandâmes à boire, des sucrés pour ces dames, et engageons la conversation.
    E. est styliste, 32 ans vivant à Dakar, fine et grande, avec des seins en wonderbra
    J. est coiffeuse, 27 ans, vivant à Dakar aussi, assez petite et rondouillette
    N. selon moi, la plus belle, 30 ans, 1m60, un magnifique fessier, pas de ventre, un beau corps dans sa robe moulante, petits seins sans soutifs.
    Nous apprîmes à nous connaitre, les uns et les autres, elles sont ici venues s’amuser un peu le temps d’une semaine, avant de repartir à Dakar.
    A mon avis ce sont des pros, a vérifier toutefois.
    Apres moultes échange et trois tournées, à la question vous faites quoi après, nous répondîmes, on va à casa Africana, il y a soirée Africaine et nous n’avons jamais vu cela.
    Elles nous promettent qu’on s’y retrouvera car elles iront danser la bas, et nous feront découvrir les danses Africaines, en échange des tournées. Of Course tiens !

    Nous traversons la rue et allons a notre spot du biarritz, nous nous installâmes, et apercevons toutes ces gazelles et touristes allant à la soirée Africaine.
    Je peux vous dire que ça promet.
    Bon repas, et nous prenons la route sur 150m.
    Entrée payante offrant une conso, ok
    On dépose nos sacs à l’accueil et nous entrâmes.

    Une musique Africaine à gogo, des sénégalais et sénégalaises faisant la fête, des touristes essayant de danser au rythme, y a pas photo, on n’a pas le rythme dans le sang comme eux.
    Des jeunette avec des hommes plus âgés, l’inverse existant et est bien présent aussi, plein de femme entre copine, pas trop de mec a notre grande surprise.
    Avantage pour nous, ratio approximatif, 2 femmes pour un mec.
    On essaye de se frayer un chemin, entre tous ces culs qui se balancent, dansant comme une invitation, bref tout simplement magnifique.

    La serveuse S. est tout simplement sublime, 35 ans, fine beau seins et un arrière train d’enfer.
    Beaux échanges de sourires, mais impossible de lancer une discussion, elle travail et a du monde à servir.
    Flag fraiche arrivant, pas eu le temps de boire une gorgée qu’une belle femme danse entre mon collègue et moi. Elle a une robe moulante bleue, enfin robe arrivant bien au-dessus des genoux.
    Elle m’offre son postérieur au rythme endiablé, et je crois qu’elle offre ses lèvres pulpeuses à mon collègue.
    Elle prend ma main, et la dirige vers sa cambrure, je ne me suis pas retenus pour danser contre elle bien entendu…
    Essayant de calquer au rythme de sa danse, mes mains continuant à parcourir ses hanches et sa cambrure, que je sens tout à coup, mon col de chemise me tirer en arrière.
    Le temps de me retourner, c’était N, la belle rencontré auparavant.
    Elle m’enlace alors le cou, et continuant à danser au rythme endiablé.
    Nos regards ne tombent pas, restent fixe et plein d’envie.
    On se déhanche, on descend et remontant en rythme et sensuellement.
    Elle se retourne, et m’offre également son postérieur au rythme endiablé. En quasi position de levrette avec déhanché magnifique, mes mains parcourant sa cambrure et ses hanche également.
    Mais c’est une invitation à la perversité ce truc.
    Rapide coup d’œil à mon collègue, sa bouche est dans celle de la femme en bleu, et J la rondouillette danse à côté de lui. Bon il est entre des bonnes mains.
    N se retourne alors pour être face à moi, et on continue de plus belle.
    Nos visages se rapproches, puis je lui embrasse délicatement le cou, je la retourne afin qu’elle me procure une bonne danse endiablée. Elle prend encore mes main en insistant pour que je la prenne par les hanches, se relève et se retourne encore pour me faire face, avec un regard qui en dit long sur ses intentions.
    Chanson se terminant, je reprends une petite gorgée de flag, elle se rapproche et me dis dans l’oreille, où loges tu ? Suivi d’un léger coup de langue dans l’oreille. D’habitude je n’aime pas ça, mais là, c’est chaud quand même.

    Direction la sortie, ou je l’attends 3 minutes, et récupère un taxi, direction le balafion.
    Dans le taxi on s’embrasse goulument, je règle la course, sonne le gardien qui nous ouvre, elle donne sa CI, et me voilà partis dans la chambre.
    On continue comme ça à avancer et à s’embrasser, direction douche ensemble.
    Je la déshabille fougueusement, elle a un corps magnifique.
    On s’embrasse fougueusement sous la douche, au point que j’avais oublié de retirer mon caleçon.
    Ceci étant fait, reprise des hostilités, dans l’embrassade. Ne voulant pas abimer sa peruque, on sort de la douche, je la porte et plaque son dos contre le mur, et nous continuons à nous embrasser comme cela.
    Sentant la grosse pression monter, et ses mains m’empalant la tête contre sa bouche, j’arrive à prendre une capote dans la boite toute proche.
    J’arrive acrobatiquement à me l’enfiler, et je la pénètre comme cela, en la soutenant par-dessous ses cuisses, son dos contre le mur.
    Des beau gémissements, et des empallages de langue comme jamais j’en avais fait.
    Devant cet exercice acrobatique ou je ne vais pas longtemps tenir, je la soulève de plus belle, et la fait assoir à côté du lavabo, et je continue comme cela, à la fois gentiment et de plus en plus vite et de plus en plus profondément.
    Elle est à moitié allongée sur le lavabo, une jambe en l’air, l’autre tombant par la gravité, mes deux mains sur ses hanches, j’arrive au bord de l’explosion.
    Je me retire, enlève la capote et jouis tel un gézier du Vésuve sur son ventre.
    Bref 5 minutes !

    On rigole, et on s’embrasse encore fougueusement. Passage sous la douche puis retournons sur le lit.
    Elle s’exécute un peu maladroitement sur mon engin.
    Ayant du mal à repartir comme cela, je lui explique la bonne technique du deap tout en évitant de trop secouer le bordel, ou elle s’efforce avec joie à cette technique. Du haut de ses 30, visiblement elle ne savait pas trop.
    Je la retourne, et j’enchaine un magnifique 69. Profitant de mes doigts pour aller explorer un peu la petite entrée, je la sens se tourner quelque peu du faite de cette délicate manœuvre.
    Mais j’insiste un peu délicatement, léchouilles de la grande porte aidant, le doigt arrive quand même à faire son entrée, finalement ça ne lui déplaît pas tant que ça, puisqu’elle se déconcentre un peu de mon engin.
    Je la fait alors s’assoir sur le lit, moi restant debout, elle continue le travail pendant qu’une de mes main s’active en elle, quelques instant, jusqu'à ce que je vois qu’elle se déconcentre un petit peu, je m’allonge ensuite face à elle, et continue ce massage.
    Je sens ses mains sur ma tête et j’y vais de plus en plus fort de la langue et de mes doigts.
    C’est tout humide, et tant mieux. Je la lève, lui plaque les mains contre un mur, reprends une capote et là prends en levrette.
    Je suis débordé par l’excitation, mais j’arrive à me contrôler un peu, j’accentue mes vas et viens, tout en lui massant la petite porte, ou des que je rentre un doigt je peux entendre un gémissement genre « surprise »
    Je lubrifie un peu avec du gel durex et continuant ainsi, sans pause.
    Je la fait descendre un peu plus bas, puis je rentre par la petite entrée.
    Mon dieu que c’est étroit, elle crie un peu, se masse en même temps, et j’y vais progressivement.
    Elle hurle de plus en plus, genre bestiole à l’agonie, toute en s’activant le minou, moi je vais bientôt exploser, j’ai besoin de faire redescendre la pression, et devant sa technique de fellation ça ne sera que tant mieux.
    Je me retire, enlève la capote, lui prends la tête, et elle s’active avec des hummmm.
    Ouf, la pression retombe un peu, mais j’ai envie d’éclater, alors je la relève, enfile une autre capote, la retourne de nouveau, et re rentre dans la petit entrée.
    Elle est devant moi, accroché à rien, je lui tiens les deux mains, et je me balance profondément.
    Elle aime ça et moi aussi, mais je m’approche de nouveau du rupteur avec ces rythmes endiablés.
    Je me retire vite fait, et jouis sur son dos la aussi.
    Peux être 10 minutes, va falloir que je consulte, ça passe trop vite ! Manque d’expérience peux être !
    On s’écroule sur le lit, essoufflé, elle ayant un peu mal aux fesses.
    Mais elle a adoré, c’était une première pour elle, une seconde pour moi.
    30 min le temps de reprendre les esprits, recaler les gyroscopes, nous revoilà retournant a l’Africana. Il n’est qu’1h30 et la soirée n’est pas finie.

    Je retrouve mon collègue, passant d’une bouche à une autre, discutant avec une troisième, et plein de couple en train de se former sur le dancefloor, S la serveuse me faisant un clin d’œil, en me voyant revenir avec N. N. me lâchant la main et partant vers ses amies.
    Je m’attable au bar et lui dit pourquoi ma flag est chaude ! Ce n’est pas des bonnes manières de prendre soin des clients, avec un petit clin d’œil de ma part et un petit sourire.
    N est retourné s’amuser avec des amies et des belges a l’autre bout de la boite, tandis que j’arrive à comprendre que S voulais savoir ou j’étais parti.
    Oh juste discuter dehors !
    S me gratifie « toi t’es un sai sai » en m’apportant une flag toute fraiche.
    Je me retourne un peu, observe mon collègue aux anges, N. s’amuser de plus en plus avec ses nouveaux amis belge, ça ne me fait rien car je me suis bien éclaté avec elle.

    Le challenge du soir serait de ramener S après son service.

    Challenge accepté !

    Mais elle est trop occupée à travailler, donc ça ne sera que jeu du regard, sourire, et test de jalousie en dansant avec d’autre pour voir…
    Je m’applique donc à cela, pendant quelque heure.
    Mon collègue repart avec deux dulcinée dans sa chambre, N. part avec des belges et ses autres copines, non sans être venue effectuer une danse, en me donnant son numéro.
    J’ai pu observer le regard de S à ce moment, et je pense être en passe de gagner le challenge.
    Je me recommande une autre flag avec le sourire, elle me dit que j’ai alors un ticket avec N.
    Elle se penche pour entendre ma réponse, je peux alors voir un décolleté magnifique, et je lui lance, Selon toi, y a une raison pour qu’elle parte, et que je reste seul ici, pas loin de toi.
    Elle se retire, en faisant un Ohhh avec un beau sourire.
    Je recommence a danser au bar avec une autre demoiselle, moins belle certes, mais avec un corps de dingue, pour entendre, des mots de la part de S en wolof, ou finalement la danseuse part…

    Challenge continue.

    Il est 4h la boite se vide, j’en profite pour demander à S l’addition, tout en lui disant que je rentre à mon hôtel.
    Ton hôtel est loin ?
    Non à 200m
    Je lui règle la note, et ait écris mon numéro de téléphone dessus.
    Elle récupère les sous, mets la note proche de son téléphone, je lui fait une bise sur la joue et je m’en vais. Je récupère le sac de mon collègue et le miens.

    Je préviens mon gardien, en lui glissant un petit billet, du passage de Mlle S sous peu, et de bien la guider vers ma chambre.
    En approchant de ma chambre d’ailleurs, j’entends des cris endiablé, mon collègue semble avoir le rythme.
    Je nettoie rapidement la chambre afin de ne plus laisser de trace de guerre, cache légèrement les capotes et lubrifiant, et me prends une douche.
    Je sors en serviette, et j’entends toctoc.
    J’ouvre, la belle S est la sur le pas de porte.
    Le soleil commence à se pointer.
    Elle me demande si elle peut prendre une douche. Of course
    Je m’installe comme un con sur le lit, je vois ma boite de cialis, que je n’ai pas encore consommé.
    J’en prends une moitié au cas où, et la voilà qu’elle revient avec la serviette cachant son corps.
    Je lui dis de se poser ici à côté de moi, elle dévêtit sa serviette, et elle a un corps splendide.
    Fine, des seins ronds, pas de ventre, et des fesses rebondis, et une cambrure magnifique.
    Elle s’installe dans mes bras me gratifie d’un doux baiser, et nous nous endormons comme cela. Je n’ai rien voulu d’elle car, je sais qu’elle a travaillé toute la nuit. Ca ne servait à rien, on aurait été déçus.


    JOUR 9 : Winner


    Réveillé par mon téléphone, mon collègue voulant aller manger, je décline l’invitation, lui signifiant que j’étais en quelque sorte occupé.
    La belle S. est toujours là, me faisant face, elle émerge tranquillement.
    Elle se rapproche gentiment de ma bouche, et je lui dis, oh, suis pas un homme facile moi, faut m’apprivoiser avec un petit sourire…
    Elle rigole. Je rapproche mon corps, et le cialis pris très tôt ce matin commence à faire effet.
    Mais je sais que je ne peux rien obtenir comme cela, alors je retourne vers la porte, et demande à ce qu’on m’apporte deux café et du sucre.
    Mon boxer me trahissant quand je me retourne face à S. qui ne fait que regarder cela !
    Ma chambre étant face au bar, il fut facile d’être servis rapidement.
    Le temps d’une douche pendant que la belle se réveille.
    Présenté comme ça, ça risque de mal partir mais bon.
    On toc a la porte, je prends le tout laissant un petit pourboire au serveur.
    Et je sers le café a la belle, j’en profite pour en prendre un aussi.
    Pendant cette dégustation, elle scrute la chambre pour savoir si il y avait eu une zone de combat, et ainsi juger de ma sincérité de la veille.
    Elle reprend un peu la discussion, me questionne à propos d’elle, puis je lui réponds qui est ce qui a dormis avec Moi ?

    Je me repositionne dans le lit, m’allonge sur le lit, mains sous ma tête, et recommence a somnoler.
    Quelques minutes s’écoulent, dans un silence total.
    On aurait pu entendre une mouche peter.

    L’Afrique c’est l’école de la patience m’as t’on dit un jour.

    Je pensais que c’était mort avec S. mais il aura fallu attendre quelques minutes, pour la sentir proche de moi, ses mains se baladant sur mes cuisses, et remontant jusqu’au caleçon.
    Elle effleure ma bosse, et sort le petit diable doppé, bien dur.
    Je la regarde avec un sourire, puis je l’embrasse sensuellement.
    Elle se glisse sous les draps et enfourche de sa bouche le dit membre.
    Technique plutôt bonne, elle y vas doucement, cialis aidant, c’est magique, j’arrive à tenir de longues minutes.
    Je la retourne et effectuons un 69 pendant de longues minutes, ce fut magique.
    Quand je savais que je l’excitais elle y laissait les dents un peu, sensation marrante.
    La température monte, ça lubrifie tranquillement, et je sens qu’elle fatigue de la mâchoire.
    Retournes toi beauté, viens te poser sur ma bouche.
    Elle s’exécute comme cela, et on passe de longues minutes dans cette position qu’elle semble aimer de plus belle.
    J’en profite de mes mains pour caresser ses seins parfait, tout en lui bloquant les fesses afin de mieux gouter a son minou, je sens qu’elle a du plaisir et j’en suis content.
    Ensuite je l’assoie, et continue à lui prodiguer un bon massage par un mélange de langue et de doigt, afin de détecter son excitation, suivant la pression qu’elle m’exerce sur la tête.
    On reste un bon moment comme ça, en m’amusant avec son excitation qui se fait de plus en plus fort, jusqu'à la survenue de spasme et de libération d’oxygène, par les mots Oh puatain !
    S’en ai suivi un magnifique repompage, elle sur les genoux, me gratifiant d’un regard vicieux, la prise de ma queue.
    Je l’ai prise dans beaucoup de position, levrette contre le mur, levrette avec mes mains tenant les siennes, levrette une jambe relevé sur le bureau et moi pilonnant derrière. Cialis de dingue, mais c’est dure, seulement la sauce ne viens pas.
    Je l’allonge sur le lit, lui mets quelques coussins sur le ventre histoire de lui relever ce magnifique fessier, et je la prends comme ça, tout son corps ondule, elle crie peu, mais as du plaisir quand je vois ses mains serrer les draps.
    J’augmente l’intensité des coups, ça lubrifie de plus belle.
    Je la retourne, lui fait se relever un peu avec les coussins sur son dos, lui attrape les jambes pour les mettre proches de ses oreilles, et j’y vais de plus en plus brusquement profondément et tout en longueur. Elle n’a pas mal, et continue de dire Oh Putain, non moi c’est will !

    Je la sens se lubrifier encore plus, elle a un regard désespéré, et un sourire, elle essaye de contrôler son rythme par les souffles, mais c’est sportif !
    Ça ne veut pas venir, mais la sensation est superbe.
    Je m’extasie de prendre du plaisir et elle aussi. Vraiment j’adore mon nouveau style de vie.
    Elle m’allonge et s’installe en cow boy.
    Voir ses magnifiques seins onduler comme cela est magnifique, elle contrôle le rythme qu’elle veut, et c’est géant.
    Quelques minutes comme ça, ou je la sens encore venir, je sens que ça lubrifie encore.
    Elle se retire se tourne et me chevauche encore en cowboy inversé.
    J’en profite pour lui câliner gentiment du bout des doigts le petit trou, mais mlle ne veux pas.
    Elle continue en rythme endiablé.
    J’interromps un tout petit peu pour m’assoir sur le bord d’une chaise et elle vient sur moi.
    On s’embrasse de plus belle, et on continue à faire l’amour comme ça, a un rythme endiablé, ou elle me souffle dans l’oreille, vas-y bb, viens j’en peux plus.
    Je la soulève et la prends sur le bureau, je bourrine comme un malade, et je sens que le rupteur va faire des siennes.
    Je lui demande, vas-y prends moi en bouche, j’enlève ma capote et elle y vas profondément, je finis par jouir, ou elle recrache un peu, tout en continuant à me nettoyer par ses vas et viens avec sa belle bouche.
    Oh que c’était magnifique.
    On s’allonge sur le lit, on se congratule maintes fois.
    Et ce con de cialis refait son effet.

    Mais c’est dangereux ce truc…

    Elle me dit qu’elle n’en peut plus, et souhaite rentrer revoir sa fille.
    Elle prend sa douche, me gratifie d’un joli baiser me laisse son numéro par un appel en absence et s’en vas comme si de rien n’étais.
    Mon collègue vient toquer dans ma chambre, je lui rends son sac. Il me propose de partir à la plage, mais avec ma barre de démonte pneu, impossible de faire quoi que ce soit.
    Je décline en lui disant qu’on se retrouvera au resto ce soir, faut que je récupère…
    Je range la chambre et commence à penser à cette soirée.
    Jamais fait ça de ma vie, défoncer une femme comme ça, remplis un challenge, bouffé une moitié de cialis, me voilà seul dans ma chambre, du temps de disponible et une trique d’enfer.

    Et là l’appel sauveur.

    N. de la veille qui me demande ce que je fais.
    Bref j’ai passé toute l’après-midi à baiser comme un dingue avec elle, tous les trous et positions possible.
    J’ai remis le couvert 3 fois, je n’ai plus que de la poudre qui me sort a coup de douleur.
    Je ne débande pas, et suis physiquement épuisé.

    On se promet de garder le contact, congédie N. fatigué, je prends un petit apéro soft, un bon repas a l’hôtel et dodo à 21h30 complètement explosé.
    Faut vraiment que je me remette au sport…


    Découverte :
    Le balafon, hôtel a 38 €
    Le restaurant le Biarritz, pas cher et personnel serviable à souhait.
    La casa Africana, boite sympathique de station balnéaire.
    Un demi-cialis pour 6 cartouches
    Budget dépensé : 2 chambre d’hôtel 2 repas 5 apéros et taxi = 180 € environ.

    Conseils :
    Toujours faire de la monnaie, et séparez vos billet. Poche de gauche les petites coupures, poche de droite grosses coupures.
    Sortez équipes
    Toujours nettoyer les seines de combats proprement comme si de rien n’était!

  2. #


    Inscription
    janvier 2007
    Messages
    130

    Par défaut

    Séjour au cap skiring dernière semaine d avril
    nous sommes resté plusieurs jours au cap avec mon amie avec l intention de nous amuser .Nous avons fait plusieurs rencontres dans les bars situés
    avant le rond point de la gare routière
    Première rencontre avec deux jolies gazelles rencontrées facilement direction tous les quatres dans une chambre d hotel mon amie c est fait caresser jusqu à la jouissance pendant que je me faisais sucer nous n avons pas voulu aller plus loin par précaution
    Seconde rencontre nous étions à la casa Bambou pour écouter de la musique et là je vois une magnifique gazelle d environ22 ans qui tenait son téléphone à la main elle me fait un sourire je lui demande discrètement de me donner son numéro elle me le donne sans problème et doit me rappeler pour un rendez vous .Le lendemain après midi coup de fil elle s appel Fatou et me donne rendez vous pour le soir ,nous allons chez elle un moment intense un corps de rêve des seins magnifique suce avec passion je la prends en levrette et la lorsqu elle a fait le ventilateur avec ses fesses un grand moment de plaisir érotique de plus une fille très attentionnée j en garde un merveilleux souvenir

Connectez-vous pour lire les 39 autres messages sur le sujet


  1. #


    Inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Entre Lorient , Pattaya , Nosy bé et le Shark... au bord d'une foufoune
    Messages
    225

    Casamance

    salut les p'tits loups
    Aprés avoir roulé ma bosse sur la petite cote(saly ,la somone...)je projete "une virée"en CASAMANCE".
    Aussi,je suis preneur de toutes les infos concernant ,les hotels,les lieux de rencontre,les filles...etc...
    D'avance,merçi à toutes et à tous...

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité