Connexion
Magnum - VV - HG    Youppie webcam confinement    Samya big forum NRW

Discussion : Düsseldorf : FKK Blue Note

  1. #


    Inscription
    février 2015
    Messages
    917

    Par défaut

    A priori c'est fermé, je fermerai le fil après vérification.

  2. #


    Inscription
    décembre 2016
    Localisation
    quelque part
    Messages
    31

    Par défaut

    des nouvelles de ce club? j'ai trouvé une adresse, avec restriction d'accès (mdp+login) :k

    Hours daily 12:00 - 01:00
    Hours Fri & Sat 12:00 - 01:00
    Hours Sunday 12:00 - 00:00
    Address Rather Broich 9, 40472 Düsseldorf
    Website Bleu Note
    Telephone +492119653730

    J'ai trouve un morceau d'info, "http://www.saunabluenote.de .... You will receive your password via email after your listing has been submitted to allow you to log back in and edit the
    "

Connectez-vous pour lire les 153 autres messages sur le sujet


  1. #


    Inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Liège
    Messages
    163

    Par défaut Düsseldorf : FKK Blue Note

    Bonjour à tous,

    J’ai visité cet après-midi le club Blue Note à Düsseldorf (Rather Broich 9).
    Pourquoi ce choix.
    Tout d’abord, j’aime les clubs, mais pas les clubs gigantesques et surpeuplés. Raison pour laquelle je ne me rends plus depuis belle lurette au Golden Time, ni au Yin Yang, ni même au Bernds, depuis que vous y allez tous en rangs serrés…
    Ces derniers mois, j’étais un fidèle du Babylon à Elsdorf, mais je suis refroidi parce qu’ils ont augmenté leurs prix de façon déraisonnable.
    Le Blue Note a très bonne réputation sur plusieurs forums germanophones, et c’est ce qui m’a décidé à tenter l’aventure.
    Comme il est situé au nord de Düsseldorf, je craignais tout d’abord qu’il ne fût trop éloigné de mon domicile, et difficile à trouver. C’était un préjugé : en fait, il m’a fallu tout au plus une heure trente pour l’atteindre depuis Liège, et j’y suis arrivé sans encombres. L’autoroute amène à l’entrée de Düsseldorf, et, à condition de bien rester sur sa gauche quand on a passé le Rhin et de tourner encore deux fois à gauche plus loin, quand il faut, on aboutit tout droit dans la rue dénommée Rather Broich.
    A partir de là, c’est un rien plus compliqué, car le club n’est pas visible de la rue (urbaine et commerçante – çà ferait mauvais genre). En fait, il est situé au fond d’une cour-parking, à laquelle on accède en passant en dessous d’une sorte de porche sous un immeuble à appartements. Quand on est devant le porche, on voit l’enseigne au fond de la cour… mais il faut trouver le porche.
    La cour est en même temps le parking du club ; pas de problème donc pour se garer (il y a aussi des places le long de la rue Rather Broich).
    A l’entrée, on est reçu TRES aimablement par une jolie jeune dame, qui exerce sans doute le métier à ses heures perdues, qui vous explique le fonctionnement de l’endroit dans un allemand très facile à comprendre, et qui vous demande si vous choisissez la formule « club » ou « appartement ». « Appartement », c’est un terme qu’il faut traduire par « bordel classique », c'est-à-dire présentation des filles libres, puis retraite dans une chambre distincte du club, sans profiter de celui-ci.
    J’ai bien sûr choisi la formule « club ». Prix d’entrée : 55 euros. Bien que dans la moyenne, il faut reconnaître que c’est cher, vu les infrastructures proposées. La dame me les a, toujours très gentiment, fait visiter, puis m’a laisser me préparer. Comme partout, j’ai reçu deux essuies (ici, on ne se promène pas en peignoir, mais en pagne) et une clé, pour laquelle on dépose une caution de 5 euros (il y a sans doute des distraits qui la perdent ), rendue à la sortie.
    Une fois n’est pas coutume, les casiers, ou plutôt les armoires, sont suffisamment grands pour que les pantalons ou les chemises n’en ressortent pas tout chiffonnés , et ils sont munis de trois portemanteaux.
    Le club en lui-même est assez cosy (terme que certains traduiront, j’en suis sûr, par « plutôt riquiqui ») mais très propre, à l’allemande. Il se compose d’un vestiaire, de douches, d’un sauna que je n’ai pas visité, d’une sorte de salon avec fauteuils, d’un bar et de quelques chambres. Une télévision propose les fils pornos classiques mais, ce qui est plus inhabituel, il y en a deux autres qui diffusent les programmes de deux chaînes allemandes, dont RTL. Sans le son, malheureusement. La plupart des chambres sont « à claire-voie », c’est-à-dire qu’il s’agit en fait de vastes encoignures séparées du bar ou des couloirs par une sorte de paravent. Elles n’ont habituellement pas de porte, mais le club ne m’a pas semblé fréquenté par des voyeurs. De plus, les lits ne sont pas juste en face de l’ouverture…
    Dans le bar, on se sert soi-même, en boissons et en nourriture (assez frugale : sandwichs, gâteau à quatre heures ; boissons non alcoolisées classiques en Allemagne, pas de boissons alcoolisées, ce dont les filles se réjouissent d’ailleurs). Cela économise les frais d’une barmaid, mais c’est plutôt convivial. C’est d’ailleurs l’ambiance générale qui se dégage du club : chaleur et convivialité à l’allemande.
    Lors de ma visite, il y avait environ 8 filles (difficile de compter exactement, car elles se répartissent dans tous les recoins libres, et voyagent beaucoup) TOUTES jolies, voire canon, et jeunes (moins de 30 ans, sauf une qui était entre deux âges, mais qui semblait compenser ce handicap par ses prestations, car elle était continuellement occupée). D’origines diverses et variées, comme c’est souvent le cas : allemandes, russes, roumaines, kazakhs, italiennes etc.
    Le nombre d’hommes, d’âge moyen (je n’ai pas vu de jeunot) a toujours été inférieur à celui des filles, mais je n’ai à aucun moment été seul, loin s’en est fallu : il faut dire que si trente personnes se trouvaient en même temps dans le club, on s’y sentirait écrasé.
    Les filles « n’animent » pas, mais aucune ne tire la gueule (chaleur et convivialité, je l’ai déjà dit) ; elles prennent la peine de parler longuement quand vous les abordez, et aussi après la session, si vous les choisissez.
    Une fois n’est pas coutume (bis), elles sont majoritairement brunes ou noires de cheveux.
    J’ai jeté mon dévolu sur Alicia, une allemande de 28 ans, blonde (l’exception) et très jolie. Je ne dirais pas que ce fut une session GFE : ce serait exagéré. Alicia n’embrasse que du bout de la langue, et elle reste assez professionnelle, mais dans le bon sens du terme : elle a été extrêmement gentille, très prévenante, très douce ; et elle m’a prodigué une fellation du tonnerre de Brest, comme aurait dit le capitaine Haddock s’il avait été à ma place. Une fellation très sensuelle, profonde, en quatre longs actes, entrecoupés de petites pauses pour me laisser reprendre haleine. Une fellation comme je n’en avais pas connu depuis longtemps, et qui s’est terminée en apothéose dans sa mignonne petite bouche. Sensationnel. Une grosse heure (avec les préliminaires en chambre) de pur plaisir.
    A quel prix, me demanderez vous ? 85 euros, soit 30 euros (oui, trente, vous avez bien lu) par demi-heure, et 25 euros pour le CIM. Au Blue Note, les sportifs peuvent « se taper » 3 filles, une demi-heure avec chacune, pour 90 euros. Qui dit mieux ?
    Après cette fête, je suis encore resté une petite demi-heure au club, à me restaurer et à profiter de l’intimité, puis j’ai regagné mes pénates, sans bouchon malgré l’heure de pointe.
    Conclusion : le Blue Note est un endroit très sympathique, « gemütlich », comme diraient, non pas le capitaine Haddock cette fois, mais les Viennois, qui cultivent cette qualité comme un véritable art de vivre (gemütlich = à son aise, cool, où « tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté »). Les filles y sont jolies, tranquilles, sympathiques et prévenantes. Selon Alicia, à qui je l’ai demandé, elles travaillent toutes très bien (honnête, non ? pour une fille, de dire que ses copines sont aussi bonnes qu’elle). Le club ne vaut peut-être pas la peine que l’on se déplace expressément de Paris ou le Marseille pour le visiter mais, si l’on est dans la région et que l’on a quelques heures devant soi, il mérite amplement un petit séjour.
    Il ne s’agit bien sûr que d’une première impression, que je tenterai certainement de confirmer sans attendre trop longtemps. Mais elle est extrêmement favorable. Et je vous tiendrai au courant de la suite.

    A bientôt

    Protea

    NB. Les punters intéressés peuvent s’adresser à moi pour une description plus précise de l’itinéraire qui permet d’arriver au club.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité