Connexion
Youppie webcam confinement    Votre pub ici    

Discussion : Pologne : prostitution routière [Tirówki]

  1. #


    Inscription
    octobre 2010
    Messages
    153

    Par défaut sens katowice sosnowiec

    a la station essence arcon (tete d'aigle)entre katowice et sosnowiec il y a une jolie brune yeux bleu magnifique qui et la fin d’après-midi
    elle nous conduit par des petite route au pieds d'un vieux châteaux d'eau
    la on commence nos besognes(lol) et en levant la tête dans la voiture je vois un gars qui arrive vers nous en ce cachant derrière des broussaille
    je le voix me rhabille rapidement et en regardant bien j'en vois un 2eme
    donc je me remet rapidement au volant et démarre
    en faite il était trois a s'approcher de la voiture et au moment ou je suis passer a proximité de mes voyeur il m’ont savater la voiture
    (la caution va sautée)
    je sais pas si elle y étais pour quelque chose ou non
    je ne l'ai pas vue téléphoner ni envoyer de message
    donc méfier vous

  2. #


    Inscription
    novembre 2012
    Messages
    7

    Par défaut

    conduite de Vilnius à Prague. Quelle route dois-je prendre pour le plus de plaisir

Connectez-vous pour lire les 28 autres messages sur le sujet


  1. #


    v79 Guest

    Pologne : prostitution routière [Tirówki]

    LES TIRÓWKI
    (PROSTITUEES TRAVAILLANT LE LONG DES ROUTES)






    LE PHENOMENE DES TIRÓWKI

    La Pologne compte beaucoup de forêts, traversées par des routes au trafic intense, notamment en poids lourds assurant des transports internationaux ou nationaux de marchandises. En bordure de ces voies prometteuses en terme de clientèle de passage, on trouve donc nombre de prostituées bulgares, russes, ukrainiennes, roumaines et aussi polonaises :


    Les polonais appellent populairement ces prostituées les tirówki, parce que, tapinant le long des routes, leur services sont notamment prodigués aux chauffeurs de poids-lourds (TIR).

    Pour ceux que la prestation « en voiture » rebute, il est parfois possible d’amener la fille plus loin, dans un hôtel ou une maison privée, pour un peu plus cher : il suffit de demander à la fille si c’est possible.

    Je rappelle une évidence éthique, à savoir que vous devez absolument vous abstenir de relations sexuelles avec une de ces filles travaillant sur les routes s’il vous semble, soit qu’elle est contrainte à se prostituer contre son gré, soit qu’elle est mineure.

    Attention, les forêts polonaises sont assez fréquentées : pas mal de promeneurs, de cyclistes, de moustiques…, ainsi que de cueilleurs de champignons ou de fruits genre myrtilles (jagody), qu’ils vendent ensuite sur les bords des routes à prix relativement modique (pratique quand on a faim après avoir tiré sa crampe, je veux dire les myrtilles, parce que pour les champignons, ils ne sont évidemment pas destinés à être mangés crus). On risque donc de se faire surprendre en pleine action, si on ne choisit pas son endroit avec discernement.

    Eviter, au passage, notamment à l’Ouest de la Pologne, à proximité de la frontière allemande, de s’arrêter sur n’importe quel parking désert, car les routes ne sont pas toujours parfaitement sûres, les moustiques n’étant pas les seuls agresseurs potentiels… N’exagérons rien cependant : la Pologne, pour n’être pas aussi sûre que la France, n’est néanmoins pas un coupe-gorge.

    Eviter aussi de tomber dans l’excès inverse, en s’arrêtant pour tirer un coup à proximité immédiate d’une des assez nombreuses voitures de police, planquées justement dans les bois, afin de mieux surprendre les automobilistes non respectueux des limitations de vitesse… au mieux, le prix de la passe pourrait s’en trouver indirectement majoré dans des proportions fort conséquentes.

    Mais rassurez-vous : l’importante superficie des forêts polonaises vous laisse encore pas mal de coins tranquilles, vers lesquels votre charmante passagère saura habilement vous frayer un chemin…

    Gardez-vous, toutefois, de malentendus regrettables ne pouvant conduire qu’à de pénibles déconvenues. En effet, l’auto-stop est un moyen de locomotion très répandu en Pologne. Pas mal de jolies filles font donc du stop, notamment à la sortie des grandes villes. Souvent, ce ne sont pas des prostituées, mais simplement des étudiantes ou autres, qui n’ont pas nécessairement l’intention de coucher avec vous parce que vous les faites bénéficier d’un moyen de transport plus rapide que la marche à pied... La plupart d’entre elles étant fauchées, certaines, aux mœurs légères, peuvent, il est vrai, ne demander qu’à être convaincues de passer à la casserole moyennant quelques espèces sonnantes et trébuchantes. Mais ce n’est pas le cas de la majorité – étant rappelé que, même si la situation a tendance à évoluer sous l’influence des idées occidentales, les jeunes filles polonaises n’ont fréquemment pas des mœurs aussi libérées que les françaises, surtout dans les petites villes – en revanche, elles sont dans l’ensemble nettement plus jolies que lesdites françaises.

    A vous donc, de faire preuve de clairvoyance dans votre choix des lieux et des filles.

    Si vous ne parlez pas polonais, vous aurez souvent l’heureuse surprise de pouvoir vous débrouiller avec votre interlocutrice en allemand, anglais ou russe (y compris avec les prostituées).


    LOCALISATION DES TIRÓWKI

    Les tirówki se font désormais moins visibles en Pologne. Je n’en ai aperçues que relativement peu, ces dernières années, sur les grandes artères sillonnant le sud ou le centre du pays, qu’elles agrémentaient naguère en très grand nombre de leurs charmes. Si, toutefois, la prostitution sur les routes polonaises est en sensible régression, elle n’a pas pour autant disparu.

    Pour les inconditionnels de ce type de « prestation » – dont je ne fais pas vraiment partie, quoiqu’une petite « flûte » en voiture puisse me tenter à l’occasion –, sachez néanmoins que les tirówki persistent à proposer leurs charmes sur un certain nombre de voies. Un état des lieux complet est dressé dans la section « drogówka » (« routière ») du forum de nos amis polonais www.garsoniera.com.pl/forum (inscription gratuite). Quelques indications sont également données ci-après.


    1. Voie 1

    C’est une grande artère fréquentée, orientée nord-sud. Elle relie la ville de Bielsko-Bia?a, au pied des Tatry (montagnes du sud de la Pologne) et à proximité de la frontière tchèque, à celle de Gda?sk, ville hanséatique et port de la Baltique. Elle passe notamment par ?ód?, la grande ville du centre de la Pologne. Les tirówki sont présentes notamment dans les espaces boisées que traversent les portions suivantes de cette route – en remontant du sud vers le nord :
    - tronçon reliant Cz?stochowa à Katowice, en Silésie, notamment aux alentours de Siewierz, une vingtaine de kilomètres au nord de Katowice ;
    - tronçon reliant la ville de Piotrków Trybunalski à celle de Cz?stochowa ;
    - tronçon reliant la ville de ?ód? à celle de W?oc?awek ;
    - tronçon reliant la ville de Toru? à la petite ville de Świecie, à proximité de l’embranchement avec la voie 55 – desservant Grudzi?dz et Malbork –, juste avant la petite ville de Stolno.


    2. Voie 94

    Perpendiculaire à la voie 1. Les tirówki "travaillent" sur le tronçon reliant les villes de Bytom, en Silésie, à Kraków (Cracovie), plus à l’est. Les filles se tiennent notamment dans la partie à deux voies de ce tronçon, entre la ville d’Olkusz et l’embranchement, peu avant Katowice, menant, par la ville de D?browa Górnicza, à la voie 1, direction Cz?stochowa et ?ód?.


    3. Voie 8

    Route reliant Warszawa (Varsovie) à Wroc?aw et Katowice au sud, Bia?ystok au nord-est. Les tirówki y sont bien moins nombreuses qu'il y a quelques années. On en rencontre encore néanmoins :
    - sur le tronçon situé en Mazowie entre Warszawa et Bia?ystok, en direction de la frontière biélorusse donc et au nord-est de Warszawa, notamment entre Wyszków et Ostrów Mazowiecka, à partir du moment où la route cesse d'être une quatre voie pour devenir une nationale ordinaire traversant des forêts. Les filles sont majoritairement des russes, des ukrainiennes ou des biélorusses, assez jolies dans l'ensemble ; les bulgares travaillent plus au sud de la Pologne.
    - sur le tronçon situé toujours en Mazowie (région de Varsovie), mais au sud de Warszawa, entre la capitale polonaise et Tomaszów Mazowiecki, notamment entre Warszawa et Zabia Wola (sur ce dernier tronçon, quelques prostituées dans les forêts que la route traversent, remarquées à l'été 2009) ;
    - à l’ouest de Piotrków Trybunalski, sur le tronçon entre Szczerców et Be?chatów, dans la forêt qui sépare cette dernière ville du village de Kluki (spot très actif à l'été 2008).

    Les prostituées sont bulgares, roumaines, russes ou ukrainiennes. C’est parmi les russes et les ukrainiennes qu’on trouve les plus belles. Elles travaillent parfois le matin, toute l’après-midi et jusqu’à 20-21 heures environ. A la tombée de la nuit, elles se regroupent sur des parkings, où elles se sentent plus en sécurité. Attention, la voie 8 est une route dangereuse, notamment sur le tronçon qui traverse la Mazowie, en raison de la densité du trafic et des nombreuses intersections qu’on y rencontre… Quelques voitures de police planquées le long de la route surveillent également le trafic et relèvent les excès de vitesse, l’amende devant être payée immédiatement par l’automobiliste. Même si vous avez une envie pressante à satisfaire avec une de ces filles, ne vous arrêtez que si vous êtes certain de pouvoir le faire sans risque pour vous-même et les autres automobilistes. La fille vous guidera ensuite dans un passage à travers bois en voiture, où elle effectuera sa « prestation ».


    4. Voie 44

    Elle relie Piotrków Trybunalski à Radom et Lublin. A la sortie de Piotrków Trybunalski, traversée de forêts et d'endroits de villégiature, quelques prostituées travaillent sur le bord de la route.


    5. Voie 74

    Au sud-est de la Pologne, elle relie la petite ville de Kra?nik à celle de Kielce. Quelques tirówki travaillent là. Des filles se prostituent aussi autour de la gare PKP (gare ferroviaire) de Kielce, selon l'excellent rapport de Franckbobotte sur cette ville, dans laquelle il s'est rendu à plusieurs reprises ces dernières années.


    6. Voie 19

    Dans la même région que la voie 74 ci-dessus, elle relie Kra?nik à la ville de Lublin. Quelques prostituées y travaillent autour de la bourgade de Konopnica, ou encore, peu après Lublin, direction, vers le nord, Lubartów. Il y aurait encore des filles qui tapineraient autour de la gare PKS (autocars) de Lublin ; mais je n’ai pas vérifié l’information personnellement.


    7. Voie 7

    Au nord de la Pologne, elle relie Warszawa à Elbl?g, ville située à proximité immédiate des rives de la Baltique. On trouve des tirówki notamment dans une zone forestière située à environ 50 km d'Elbl?g, après avoir dépassé les marches de la Mazurie. Ce sont des bulgares et des roumaines.


    8. voie 214

    Toujours au nord de la Pologne, elle relie la petite ville de Warlubie à la station balnéaire de ?eba, sur la Baltique, en traversant la Kaszuby, région de forêts et de lacs située dans l’ancien corridor de Dantzig (Gda?sk), via Ko?cierzyna, capitale de cette région. Quelques tirówki, dont une brune fort jolie (juillet 2007), travaillent dans un espace boisé et vallonné que la route traverse en faisant des lacets, sauf erreur entre les villages de Skórcz et G?uche.


    TARIFS DES TIRÓWKI

    Les prix, au centre et à l’est de la Pologne, sont en moyenne de 40 z? (10 €) pour une fellation (laska, oralny seks ou encore francuski seks) et à partir de 50 z? (environ 12,5 €) pour un rapport « normal » (zwyk?y seks). Ils peuvent être un peu plus élevés à l’ouest du pays (jusqu'à environ 65 z? (15 €), pour un rapport « normal »), près de la frontière allemande, sur les routes où, du moins, des tirówki sont toujours présentes. La « prestation » est délivrée en forêt, dans la voiture, sur la terre, dans un buisson ou contre un arbre. Elle dure entre dix et quinze minutes.

    Manifestement, la diminution, ces dernières années, du nombre des tirówki s'explique par une volonté des autorités polonaises de corriger une situation qui faisait probablement de leur pays celui d’Europe où, à la faveur des nombreux espaces boisés le parsemant, le plus grand nombre de prostituées officiaient le long des routes à la belle saison… Il faut savoir, notamment, que les autorités polonaises, officiellement, ne permettent plus aux russes, biélorusses, ukrainiennes ou bulgares de franchir les frontières situées à l’est ou au sud du pays pour aller travailler le long des routes polonaises. Or la majorité des tirówki venaient de ces pays.


    n.b. Ces informations peuvent évoluer avec le temps : soyez gentils, si vous constatez des modifications, de nous les signaler.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité