Connexion
Youppie webcam confinement    Votre pub ici    

Discussion : Anvers : CAYENNE (blonde - reçoit et se déplace)

  1. #


    Inscription
    décembre 2011
    Messages
    16

    Won't go back... n'y retournerai pas...

    J'ai eu la chance (?) de pouvoir rencontrer Cayenne.
    C'est vrai qu'elle est tres booké et est difficile à contacter car la miss est tres selective...

    les + :
    femme tres jolie, élégante, raffinée et sympathique.
    OWO superbe...
    massage correcte (mais rien d'exceptionnel)
    pas du tout chrono

    les - :
    elle parle beaucoup...
    il faut la booker 2 heures...
    FK moyen
    rapport sans plus, vous n'etes pas son 1er client de la journée... donc pas tres reactive, et un peu passive.
    je ne sais pour les autres, mais elle m'a laissé un petit "souvenir" desagréable, car j'ai chopé quelque chose le lendemain sur le "bout"... et qu'il m'a fallut plusieurs semaines pour m'en débarrasser...
    je crois que c'est le risque du OWO... et vu le nombre de clients qu'elle a...

    Conclusion : je dirai que j'ai passé un bon moment, mais je pense qu'il y a mieux pour cette prestation, c'est pourquoi je n'y reviendrai pas. (je suis d'accord avec le post precedent)
    Je pensai qu'elle recevait peu mais en faite c'est le contraire... car elle a bcp d'habitués...
    c'est peut etre le lot des jolies femmes, elles sont tellement demandé que la prestation perd en qualité...

  2. #


    Inscription
    septembre 2011
    Messages
    35

    Par défaut

    She is already 3 years in the bizz and don t become older, her age is always the same.

    Met her once and had just a mechanical performance , she has a great air about herself.

Connectez-vous pour lire les 7 autres messages sur le sujet


  1. #


    Inscription
    août 2009
    Messages
    1 216

    Anvers : CAYENNE (blonde - reçoit et se déplace)



    J’avais découvert Cayenne via à son site www.escortcayenne.com cherchant sur internet il y a quelques mois déjà : site très élégant par son esthétique, ses textes et ses photos. Il restait à savoir si les photos étaient bien représentatives de Cayenne et si son art érotique était à la hauteur du menu proposé. J’ai longtemps hésité, ses tarifs étant un peu au dessus de mes habitudes, et la seule trace d’elle que j’ai trouvé sur Youppie était un message assez anodin mais néanmoins positif. La prise de rendez-vous a été rapide bien que ce fut le week-end. Le temps de patienter toute une semaine et je confirme la veille par SMS pour un rendez-vous de trois heures. Cayenne m’informe de sa progression sur le trajet et me prévient à son arrivée.
    Dès l’instant où je l’ai accueillie, j’ai pris un coup de massue sur la tête : cheveux longs et fins, parfaitement entretenus, Cayenne est une vraie splendeur. Des yeux verts émeraudes mis en valeur par un maquillage soigné, des cils affinés, un far à paupière d’un gris argenté, des sourcils bien dessinés. Lèvre supérieure fine et lèvre inférieure pulpeuse pour composer un sourire dévastateur et qui révèle de belles dents blanches impeccables.


    Elle porte des escarpins noirs vernis très class, des bas noirs très fins et une robe noire ultra chic, qui lisse sa silhouette, orne sa poitrine d’un nœud et laisse ses bras nus, un petit sac noir dans la main gauche. Cayenne est raffinée jusqu’au bout des ongles : roses avec une petite fantaisie sur chaque ongle des annulaires, comme deux lacets noirs entrecroisés qui se terminent par un diamant. Impeccable comme elle est, elle n’a pas du passer inaperçue à son arrivée.
    Elle me fait trois bises, s'installe et nous faisons connaissance autour d’un verre, assis sur le bord du lit. Cayenne avoue parler un Français approximatif d’où nécessité de parler lentement, mais parle couramment Anglais. Mais son élocution est très rapide et son accent flamand rend la compréhension assez difficile au début du moins. Au fur et à mesure de la conversation, les intentions s’affirment : nous nous rapprochons l’un de l’autre, puis échangeons quelques baisers légers, main dans la main jusqu’au moment où nos verres deviennent trop encombrants.
    Je la relève du lit, nous nous embrassons un long moment, puis je me glisse derrière elle, mes bras parcourent son corps. Cayenne, passe sa longue crinière blonde sur le côté. J’entame la découverte de son corps par son oreille, puis descend sur sa nuque, son épaule, mes mains glissant de son ventre à ses fesses, de ses hanches à ses cuisses. Cayenne pose son genou gauche sur le bord du lit le temps que j’agrippe le fermoir de sa robe noire de ma main gauche. Je retiens le haut de sa robe de ma main droite, et la descente du fermoir peut commencer, léchant et embrassant chaque centimètre de son dos que je dévoile : d’abord la base de sa nuque et ses omoplates saillants, je survole l’agrafe de son soutient-gorge pour continuer dans le creux de sa colonne vertébrale et m’arrête une fois arrivé au bout du glissoir, qui dévoile à peine son porte-jarretelles noir.


    Cayenne laisse glisser sa robe de part et d’autre de ses épaule et se retourne vers moi, je découvre sa poitrine, confinée dans un bel écrin. Elle laisse sa robe retomber sur ses pieds et j’arrive enfin à cette vision de rêve qui m’a fait fantasmer pendant plusieurs mois. Je reviens tout contre elle pour des baisers profonds et langoureux et nous passons sur le lit. Cayenne se montre très sensuelle et très joueuse : après lui avoir embrassé tout le corps, elle se retourne et je dégrafe son soutient-gorge en un seul essai - ça, c’est un signe ! – et nous continuons de jouer au chat et à la souris : J’abaisse les bretelles de son soutient-gorge mais Cayenne reste allongée sur le ventre, en me narguant bien de son regard coquin à souhait. Le temps pour moi d’ôter ma chemise et Cayenne envoie son soutient-gorge valser. Je m’allonge complètement sur elle et je passe mes mains sous son corps pour caresser ses seins, que je n’ai toujours pas vus. Puis je les découvre enfin quand Cayenne se retourne lentement, de petits seins, doux, de beaux tétons, une anatomie parfaitement proportionnée et délicieuse. Je quitte mon pantalon et file entre les cuisses de ma belle flamande du soir. Cayenne, écarte son string pour m’offrir son abricot rose et entièrement épilé. Au fil de mes coups de langue, Cayenne écarte ouvre ses jambes de plus en plus. Pendant que je me débarrasse de mon caleçon, Cayenne se sépare de son porte-jarretelles et de son string. Je reprends mon cunnilingus de manière plus appuyé, Cayenne finit par se relever en s’accoudant, pour mieux me regarder la dévorer.
    Je m’allonge Cayenne passe au dessus de moi. Elle me survole en me fixant droit dans les yeux et ondule en descendant vers ma queue, ses ongles glissant sur mon torse et mes cuisses. Cayenne continue de faire monter la fièvre : elle me lèche les bijoux de famille, les caresses, et se décide à me sucer. Sa bouche qui paraissait si frêle se révèle un véritable gouffre : rare sont celles qui ont pu m’avaler totalement. Cayenne en fait partie, poussant le vice à rester figée sur ma garde une fois qu’elle m’a entièrement dans la bouche. Elle prends même son temps et s’en amuse par des soupirs étouffés, des regards coquins. Une reine de l’apnée. Quand Cayenne lâche enfin prise, elle se décale et reste allongée sur le lit, m’aguichant royalement en faisant tanguer ses petites fesses. Le jeu du chat et de la souris reprend : je lui prodigue un long anulingus, Cayenne creuse ses hanches pour bien m’offrir sa croupe. Elle reste tête tournée, toujours pour croiser mon regard. Cayenne me reprend en bouche, toujours jusqu’au bout, mais sans les mains cette fois : elle me suce accoudée, les mains derrière ses oreilles et je suis toujours surveillé par ses yeux émeraudes. Cayenne se relève et sort du lit pour… s’admirer devant le grand miroir. Elle n’a pas la chance de se voir toute sa personne en entier, de face comme de dos. J’aimerais me réincarner en miroir, pour refléter ses courbes et les lui renvoyer... Elle revient vers moi en rampant sur le lit et reprend sa fellation, positionnée cette fois, sur le côté. Peu à peu, Cayenne se décale et ramène ses jambes vers moi pour finalement enjamber ma tête et s’offrir à moi pour un long tête-bêche.
    Cayenne me couvre et nous passons en missionnaire, tout aussi excitant, elle me dévorant des yeux pendant que nous nous embrassons profondément. Elle paraît fragile mais je la désire tellement que je ne peux canaliser mon entrain. Nous varions tous les deux nos appuis, chaque changement devenant source de plaisir différemment ressenti : une de ces jambes levée, puis l’autre, moi m’avançant d’avantage pour être encore plus en elle. Cayenne finit les jambes levées au maximum, ses chevilles côtoyant ses oreilles. Durant nos ébats, Cayenne fait preuve de beaucoup d’endurance et de souplesse, son corps tonique lui permettant quelques prouesses comme pouvoir l’embrasser à pleine langue pendant la levrette. Cayenne s’ouvre bien pour que je puisse profiter pleinement de son intimité. Elle se cambre si bien que son buste est pratiquement à la verticale, une cassure si excitante au niveau de ses reins que je suis obligé d’écarter ses longs cheveux pour profiter du magnifique spectacle de sa souplesse. Je suis si excité que je redouble de force et de vigueur dans mes assauts, Cayenne se laisse rudoyer, variant ses poses : tête plongeante, relevée, les bras tendus, appuyés sur le mur. Ne tenant plus, je lâche ma monture de luxe et m’allonge dans les oreillers, laissant à la bouche de Cayenne le soin de m’achever, ma belle poupée d’un soir me suçant de plus en plus fort, m’amène à la jouissance. Une fois ma semence dans sa bouche, Cayenne ne s’arrête pas et continue ses vas et viens sans ralentir, jusqu’à ce que je la supplie de me libérer après m’avoir arraché de multiples râles, pas forcément très discrets à cette heure dans un hôtel. Une fois mon supplice terminé, Cayenne retourne une fois de plus se contempler devant le grand miroir, tournant la tête d’un côté et de l’autre. Elle me toise une dernière fois, tout sourire, les joues légèrement gonflées pour éviter d’avaler ma semence, balance ses lèvres de gauche et droite et s’éclipse en vers la salle de bain en riant discrètement, son forfait accompli. Je constate que je n’ai plus un poil de sec. J’attends que Cayenne sorte de la salle de bain – cinq minutes de pause ne me feront pas de mal – et je m’accorde une petite douche bien rafraîchissante.
    Lorsque je reviens de la douche, Cayenne s’est glissée sous les draps, m’invitant à l’y rejoindre. Nous discutons une bonne quinzaine de minutes, moi frôlant et caressant ses seins, échangeant des petits baisers. Quand Cayenne vous croise du regard, vous pourriez y rester scotché des heures entières. Son accent flamand très prononcé quand elle parle Anglais lui donne un charme tout particuliers, surtout que parfois, elle passe de l’Anglais au Français sans prévenir. Je reviens vite sur elle, toujours sous les couvertures, me calant doucement sur elle, pour ne pas l’écraser tellement elle semble fragile.
    Je repars dans une série de baisers et de coups de langue sur sa poitrine, Cayenne me tenant la tête. Inévitablement, je finis par retrouver le chemin de son entre-jambes. Cayenne rabaisse les draps et s’ouvre pour me faciliter l’accès à son petit trésor. Ce cunnilingus est encore plus long que le premier : ma langue bien plantée entre ses jambes, mes bras remontant le long de son corps et mes mains la tenant au niveau des cotes. Cayenne s’aide de ses doigts pour me livrer les endroits les plus sensibles de son jardin secret. Une fois la zone sensible localisée, elle m’agrippe par la tête pour que j’y exerce la pression désirée. Je prends le rythme voulu, Cayenne repose alors ses mains sur ma nuque. Cayenne redresse la tête mais garde les yeux fermés. Elle commence à louvoyer sous les coups de ma langue et resserre ses bras, comprimant légèrement ses seins qui se dressent vers le haut, la plante de ses pieds se contracte et voilà que Lady Doll me fait des pointes de ballerines.


    Une fois rassasié je remonte vers elle, Cayenne ouvre complètement les draps, enlève ses bas noirs et me reprend en bouche, toujours aussi profondément. Je lui confie adorer son art de la fellation et c’est là que la rencontre va prendre une toute autre saveur. Cayenne me suce intensément une dizaine de minutes, puis se relève, me regarde, à genoux devant moi, en souriant, sans bouger. Elle attends juste que je débande pour pouvoir recommencer, une fois que je suis redevenu mou. Cayenne me refait durcir, pendant une dizaine de minutes, ma turgescence revenant plus vite cette fois. Me sentant prêt à venir, elle s’arrête à nouveau pour que je ramollisse. Elle repasse ses ongles sur mon torse et mes jambes jusqu’à mes pieds. Et hop, elle me chatouille la plante des pieds ! Je me débats brusquement, Cayenne poursuivant ses chatouilles quelques instants. Maligne, j’ai bien débandé maintenant. Cayenne me suce intensément et profondément, battant des jambes dans les airs. Je durcis au triple galop, encore plus sensible que les premières fois. Constatant que ma queue est bien dure et bien luisante à la lumière, cette petite chatte s’en retourne s’admirer devant le miroir, tout en me regardant à travers le miroir.
    Je l’y rejoins dans la foulée. Je l’admire se dandinant devant son reflet, tout contre son dos et ses fesses. Cette petite chatte me fuit à nouveau, en glissant sur le lit, je la rattrape très vite pour renouveler l’anulingus, plus profond que le premier, en ouvrant bien ses fesses. Cayenne, se tortille jusqu’à se trouver une position confortable et replis ses jambes sur ses fesses, me laissant poursuivre ma dégustation un long moment. Je la tourne à nouveau pour profiter de ses jambes nues. Peau impeccable et fraîche comme de la porcelaine. En léchant ses cuisses et ses mollets, je réalise que Cayenne est raffinée jusqu’au bout des pieds, avec la même coquetterie sur les ongles. J’en viens même à lécher la plante de ses pieds et sucer ses doigts de pieds. Elle n’est pas chatouilleuse, elle. Je reprends place dans les oreillers et Cayenne revient me sucer, avec toujours autant d’entrain. Je ne suis plus trop sûr de savoir qui s’amuse avec qui, mais d’un autre côté, le jeu est plaisant et original. Si elle continue comme ça, je ne serais pas contre un CIM spontané, ma sensibilité s’accroissant au fil de ses petites séances de succion. Cayenne se relève encore : interpellée par la TV restée allumée, elle a remarqué une belle femme à l’écran. Je débande à nouveau, me surprenant même à en sourire. A croire que je me prends à son jeu. Cayenne reste plantée devant l’écran, bouche bée, yeux grands ouverts à admirer cette petite brunette.
    Après cet interlude, Cayenne repart pour une nouvelle fellation. Au dernier moment, celui où je commence à avoir quelque spasmes musculaires au niveau des jambes, Cayenne s’arrête, se lève, prend son Iphone et se glisse dans les couvertures, toute souriante. Elle me montre des photos, dont les originales de son site, à visage découvert et nous discutons à nouveau comme si de rien n'était. Elle repose son Iphone sur la table de chevet, sort subitement des draps pour une nouvelle fellation. Je suis encore au garde à vous mais la sensation est terrible, je me sens à la fois ultra sensible et résistant. Cayenne se lève encore, mais cette fois-ci, c'est pour aller chercher un préservatif.
    Elle me couvre, me suce encore un peu et je bondis à genoux, pour la prendre en levrette, de peur qu’elle me file encore entre les pattes. Toutes ces séances de fellation m’ont diablement excité : je la prends fougueusement, serrant ses fines hanches. Cayenne se laisse à nouveau tasser au fond des draps, obligée de tendre les bras contre la tête du lit pour ne pas être trop écrasée. Elle redresse à nouveau son torse, dos creusé à souhait. Jamais je ne m’étais senti aussi dur en possédant un corps si frêle, puis nous passons en union de l’éléphant pour lui planter quelques coups assez violents. Cayenne se retourne, maintient son bassin levé, guide ma queue au fond d’elle et je reporte tout mon poids sur elle pour un contact optimal. Cayenne garde ses jambes bien ouvertes. Je la possède au plus profond, Cayenne reçoit mon souffle sur son front et ma sueur sur son corps de poupée. Sentant l’ultime poussée d’adrénaline arriver, je prends appuis sur mes bras, je resserre et tend les jambes pour lui asséner les derniers coups qui me poussent à jouir au fond d’elle. Je retombe lentement au creux de son oreille. Tout ce que j’entends d’elle, c’est un petit murmure de satisfaction. Lady Doll m’a excité à mort pour me faire un pied d'enfer et elle doit bien en être consciente. Je me retire d’elle, et nous restons encore un moment l’un à côté de l’autre. J’écoute Cayenne parler, mes deux mains massant sa jambe gauche. Le temps tourne et notre rencontre touche à sa fin. Cayenne passe à la salle de bain, je reste sur le lit pour récupérer. Lady Doll s’est bien amusée avec moi sur la dernière heure et m’a exténué. Cayenne remets sa lingerie, ses bas, sa robe, un escarpin qui claque sur le sol, puis le second. Quand je me lève pour enfiler mon caleçon – ne pas rester nu devant elle, après tout ça, c’est un peu bizarre, certes – Cayenne ouvre tout grand le rideau de la chambre pour capter la lumière du jour et pouvoir se remaquiller. Heureusement que la chambre n’est pas au rez-de-chaussée.
    Cayenne me donne encore quelques baisers avant de s’en aller. Je reste à la porte de la chambre, toujours en caleçon, et la regarde parcourir tout le couloir. Elle se retourne de temps à autre en me souriant et me demande de refermer la porte, comme si elle était incommodée d’être admirée toute charmante qu'elle est, ce que je ne fais absolument pas : pas envie de perdre une seule seconde de sa silhouette quand elle marche en talons. Elle se retourne une dernière fois, toujours rayonnante, me sourit de sa large bouche, ses yeux verts grands ouverts et m’adresse un beau majeur bien manucuré accompagné d'un « Fuck you ! » en guise d’au revoir. Kusjes, Lady Doll, je veux bien être condamné au bagne à perpétuité si tu es toujours comme ça.


Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité