Connexion
Youppie webcam confinement        

Discussion : Liège : CASSANDRA (blonde, reçoit et se déplace)

  1. #


    Inscription
    septembre 2009
    Messages
    127

    ???

    quelqu'un a t il des nouvelles de la belle ?

Connectez-vous pour lire les 26 autres messages sur le sujet


  1. #


    Inscription
    août 2009
    Messages
    1 216

    Liège : CASSANDRA (blonde, reçoit et se déplace)

    Avis de recherche
    Après avoir passé une soirée en compagnie de Tiffany, trop tôt disparue, je reprends mes recherches sur Liège. Sur les quelques annonces repérées, j’abandonne Ange-Gabrielle qui ne m’intéresse plus et je prends contact par mail avec les autres. Brenda, Sophie, Lila, et Belle ne répondront jamais. Seules Marine et Cassandra me répondent. J’échange plusieurs mails avec chacune pour savoir si elles peuvent répondre à mes souhaits… avec le risque de me retrouver avec deux rendez-vous jusqu’au moment où Marine m’avoue que l’heure demandée ne lui conviendrait pas forcément. A ce moment (plusieurs jours après le contact initial), je reçois une réponse de Natasha qui m’indique être disponible de suite et ce soir même : elle a du bien lire ma demande. Je planifie une rencontre avec Cassandra pour une soirée complète. Une soirée complète avec une parfaite inconnue, aucune trace d’elle sur Youppie.

    On the road again
    Je commence à distinguer les Belges des Français dans les trains : un Belge utilise un GSM alors qu’un Français utilise un téléphone portable, un Belge veut savoir dans quelle quantième classe du train il circule - le Belge est monté sur roulettes - tandis que le Français veut juste savoir dans quelle classe il se trouve - fainéant, le Français reste sur place pendant le trajet. Je suis entouré par un gang de joyeux drills braillards, chacun armé de la sacro-sainte et rougeoyante canette de Jupiler.

    Hurry up !
    J’ai réservé dans un bel hôtel, proche de la gare Liège-Palais. J’arrive quand même à me perdre. La rue de la Montagne : faut vraiment être taquin pour dessiner une rue pareille. C’est même pas une rue, c’est un escalier géant. Son architecte a pris soin de concevoir les marches à la fois trop grandes pour être franchies deux à deux et trop petites pour être descendues une à une. Il ne reste qu’à descendre cette rue au ralenti comme un p’tit vieux. J’arrive finalement à l’hôtel. La chambre est impeccable et dispose d’une belle surface : un grand lit, un coin bureau, un espace salon avec une petite table circulaire et un beau fauteuil en cuir, et une salle de bain complète avec baignoire. Avec ce temps ensoleillé, je sue déjà comme un goret et je repense illico à ma rencontre avec Tiffany, espérant que je ne serais pas coupé dans mes ardeurs. Je passe en vitesse sous la douche, je me change et je redescends attendre Cassandra à l’entrée de l’hôtel.

    Premiers pas
    Cinq minutes à peine et elle arrive ponctuelle, il est seize heures juste. Surprise, Cassandra n’a plus trop grand chose à voir avec les photos de ses annonces. Les spartiates à talons que j’ai demandés, de belles jambes nues, une robe noire sexy, des hanches fines, des épaules nues, quelques bijoux. Ses cheveux blonds sont plaqués et tenus en arrières, elle a de magnifiques yeux bleus dissimulés derrière une paire de lunettes. Les traits de son visage sont très fins et vraiment beaux. Cassandra affiche un large et beau sourire et m’accoste d’une voix très légère. Nous faisons connaissance timidement dans l’ascenseur et dans le couloir qui nous mènent à la chambre. Une fois dans l’intimité, Cassandra s’installe et nous prenons un verre assis côte à côte dans le grand fauteuil de cuir. Je ne tarde pas à lui bécoter le cou et les bras et nous échangeons des petits baisers. Puis, Cassandra se lève et ouvre sa valise pour me proposer les petites tenues qu’elle a amené. Elle part se changer dans la salle de bain et revient vêtue avec la tenue de mon choix, un petit ensemble noir très sexy. Nous ne tardons pas à passer sur le lit et j’entame l’exploration de son corps tout entier. Son petit ensemble si bien choisi ne fait pas long feu et je profite complètement de ses petits seins très doux et de son entre-jambe entièrement rasé. Après un long cunnilingus, Cassandra me caresse et une fois bien dur, elle me prend en bouche pour une fellation très agréable. Le temps d’enfiler le préservatif et nous voilà en missionnaire, pendant lequel Cassandra s’ouvre comme une fleur pour que je puisse profiter de tout son être. Cassandra varie les positions en levant une jambe puis l’autre, et nous nous déchaînons quelques instants lorsqu’elle se retrouve les jambes au cou. En levrette, Cassandra me livre son magnifique fessier d’une pureté rarement rencontrée. Nous profitons un moment du mobilier offert par la chambre : j’invite Cassandra à s’agenouiller sur le grand fauteuil pour une levrette plus intense, avec vue sur son cou, sa nuque, son dos qui s’articule et ses fesses bien rebondies. Je jouis intensément en elle, tout en sueur. Je me retire pour ne pas l’incommoder mais elle aurait préféré que je reste un peu plus longtemps contre elle.

    Amants fougueux
    La douche commune où l’on s'offre mutuellement le savon me permet d’admirer la beauté de son corps humide sous la lumière. De retour sur le lit, nous discutons nus l’un contre l’autre et l’envie de batifoler avec elle ne tarde pas à revenir. Cassandra s’allonge sur le ventre et je m’allonge sur elle pour un massage body/body pendant lequel je hume la fraîcheur de son cou et je dépose plein de bisous sur les lobes de ses oreilles, et ses épaules. Cassandra entre-ouvre ses jambes et bloque mon sexe entre ses cuisses. Elle entame une succession d’ondulations de son bassin pour m’exciter à nouveau. Je la retourne et ma langue goûte longuement son intimité. Cassandra adapte sa position à la mienne et commence à me guider pour lui procurer du plaisir. Une fois rassasié de son corps, Cassandra prend les choses en main, et une fois au garde-à-vous, passe à la fellation, entrecoupée de caresses. Cette femme m’excite beaucoup à sa manière : une vraie sensualité qui opère à merveille. Je prend Cassandra, bien cambrée, en levrette, plus longue et énergique que la première fois - attention, risque énorme de tomber amoureux… de ses fesses ! - et elle m’invite à poursuivre moi debout au bord du lit. Puis, Cassandra descend à son tour du lit pour une belle union dans la position du loup où elle se montre très complice et tonique. Je la repousse et nous terminons par la levrette classique au milieu du lit.

    Rue maudite
    Avec Cassandra, j’ai pu varier les positions et j’ai connu l’extase deux fois de suite malgré la chaleur ambiante, comme au bon vieux temps. Cette femme est une fontaine de jouvence ! Nous reprenons une douche ensemble et pendant que je m’essuie je profite d’un autre petit bonheur de sensualité : Cassandra dépose une noix de crème hydratante sur chaque partie de son corps qu’elle masse doucement. Cassandra enfile sa belle robe noire qui moule son corps à merveille, je me rhabille aussi. Elle me déconseille la veste de costume : sortir en chemise, ça fait plus décontracté - autrement dit, j’aurais eu l’air coincé avec ma veste, c’est ça ? Cassandra s’en sort plutôt bien avec ses spartiates dans les rues pavées de Liège : pas un seul faux mouvement. Mais l’ultime épreuve l’attend : pour aller dîner au restaurant où j’ai réservé une table, il faut repasser par la rue de la montagne. Même impression en remontant cette rue que la première fois en la descendant : pas adaptée à la marche humaine mais je ne me préoccupe pas trop de ma façon de monter, je garde plutôt un œil sur les pieds et les jambes de Cassandra pendant la montée des marches. Quand on remonte cette rue, il y a dix marches de trop : obligation de faire une petite pause pour récupérer avant d’atteindre le sommet.

    Comme deux tourtereaux
    Le restaurant choisi est l’un des meilleurs de Liège à ce qu’il se dit sur internet et d’après les échos que j’ai reçus d’amis lillois : pratiquement l’escale obligatoire dans Liège. Le restaurant compte une trentaine de couverts - je comprends pourquoi j’avais réussi à avoir une table de justesse alors que j’avais réservé cinq jours avant. L’ambiance décors est soignée, la lumière tamisée avec une bougie à chaque table pour un éclairage intime nécessaire à tous les tourtereaux qui viennent y roucouler. Les plats proposés sont assez cocasses à comprendre mais les plats qui s’enchaînent s’avèrent succulents. Seul soucis : le restaurant est vite complet en soirée et l’attente entre les plats sera assez longue, d’autant que nous sommes affamés. Le genre de soucis qui me permet de profiter plus longtemps de la compagnie de Cassandra qui sera irrésistible : des sourires, certains mots échangés à voix basse, la flamme de la bougie se reflétant dans les verres de ses lunettes pour éclairer son visage aux traits si fins, la regarder porter son verre à ses lèvres et le reposer sans laisser une seule trace sur le bord du verre - moi, j’y arrive jamais ! Toujours complice et attentionnée, elle m’invite la première au jeu du « goûtez moi ça » : chacun fera goûter l’autre à ses plats, comme le font les vrais tourtereaux, sauf pour son dessert - j’ai horreur des fruits rouges – à son plus grand bonheur. J'aurai droit à quelques oufti durant le repas pour me rappeler que je suis bien à Liège. Le dîner a duré presque trois heures. La nuit est tombée et le climat s’est légèrement radouci. Les dix marches de trop de "notre" rue disparaissent dans le sens de la descente. Il ne me manque qu’une seule chose pour savourer encore plus cet instant, rentrer à l’hôtel main dans la main avec Cassandra. Ce petit jeu romantique est délicat pour elle, redoutant de croiser une connaissance sur le chemin.

    Belle de nuit
    Une fois revenus en chambre, nous prenons nos aises : je finis en caleçon alors que Cassandra quitte juste ses spartiates et s’allonge pieds nus, en robe, sur le lit. Le dîner a été bénéfique en lui-même : non seulement, nous sommes bien restaurés mais aussi, j’ai pu à nouveau reprendre le temps de la désirer. Je lui enlève son string et m’offre son abricot en guise d’ultime dessert, le temps d’un très long cunnilingus. Cassandra y est très réceptive et rapproche lentement mon index de son joyau pour m’inciter à la doigter, ce que je fais sans me faire prier. Cassandra me prend en bouche pour de nouvelles caresses et une nouvelle fellation plus appuyée et plus énergique que les précédentes. Je la sollicite en levrette durant laquelle elle se lâche encore plus, puis nous revenons en missionnaire où elle se donne plus ouverte que jamais. La nuit nous encourage à un rapport plus intense et plus vigoureux : je m’appuie sur mes bras pour la pénétrer entièrement, Cassandra s’agite, ressert ses cuisses pour me capturer totalement. L’étreinte perdure une trentaine de minutes, jusqu’au moment où, à défaut de la chaleur, c’est le dîner qui me pèse et j’interromps mon élan, à bout de forces. Cassandra essaye de me ranimer en Andromaque mais rien n’y fera. Elle m’achève par des caresses et une fellation. A mon tour, de guider son index pour un léger massage de la prostate qui aura raison de moi.

    Une heure de plus
    Nous terminons la soirée allongés sur le lit, serré l’un contre l’autre pendant encore une trentaine de minutes puis nous passons à la salle de bain prendre une dernière douche. Nous nous rhabillons, Cassandra referme sa valise. Finalement, nous n’aurons pas utilisé les tenues que j’avais demandées. La soirée a pris une tournure plus naturelle et c’est mieux ainsi. J’accompagne Cassandra jusqu’à sa voiture, nous nous donnons quelques baisers puis elle s’engage sur la route. Je regagne la chambre, il est deux heures du matin, le temps pour moi de dormir : je suis complètement épuisé et je repars tôt mais il me faudra bien une heure pour m’endormir, le temps nécessaire pour ressasser agréablement cette soirée en compagnie de Cassandra.

    Courte nuit
    Dimanche matin, les rues sont désertes. J'emprunte une dernière fois cette satanée rue en escaliers. Le retour en train est très calme, nous sommes deux dans le wagon au départ. Au fil des arrêts, les voyageurs montent mais cette fois-ci, pas d’hurluberlu à la voix portante pour troubler ma somnolence. Le trajet passe deux fois plus vite qu’à l’aller. Après Tiffany, j'ai été amené à rencontrer Cassandra à Liège, parfaite inconnue au moment où je l’ai contactée. Je me suis laissé guidé à l’instinct et je n’ai pas été déçu. Oubliez les photos de ses annonces, Cassandra est bien plus belle et attirante en réalité. Elle est douce, attentionnée, reste très proche, aime contenter son partenaire. Jeune femme très mûre dans sa tête, elle vous assure d’une compagnie agréable et se révèle la partenaire idéale pour de longues soirées.

    Si vous êtes tentés
    Son annonce, son adresse mail cassandra.escortgirl@gmail.com et son téléphone portable - pardon, son GSM ! - pour la joindre : 0478/01.96.92

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité