Connexion
Youppie webcam confinement        

Discussion : Suisse : Les métiers du sexe entrent à l’Université

  1. #


    Inscription
    août 2007
    Messages
    65

    Par défaut

    Une petite precision sur le peuple suisse,

    Dans ce pays ou je passe le tiers de ma vie, les moeurs sont bien differents de la france. En effet la prostitution est legale et accepté par tt le monde, j ai bon nombre de collègues qui frequente et ne le cache pas du tout, pour eux c est un peu comme aller acheter une baguette a la boulangerie du coin. Pour l hygiene en qq sortes.Ils preferent aussi frequenter des petits studios que des grands complexes style FKK et autre. Pas exemple a bale il doit y avoir une centaine de petit studios, ce qui fait quand meme bcp comparé a d autres villes europeenes de la meme taille.

    Ciaoooooo

  2. #


    Inscription
    octobre 2006
    Localisation
    Belgique (entre Namur et Charleroi)
    Messages
    351

    Par défaut

    Dans les FKK, on paiera plus cher une diplômée ?

Connectez-vous pour lire les 3 autres messages sur le sujet


  1. #


    Inscription
    décembre 2006
    Localisation
    Paris
    Messages
    42

    Par défaut Suisse : Les métiers du sexe entrent à l’Université

    Etudier «le plus vieux métier du monde» et les autres professions du sexe (escort girl, actrice de films pornographiques, prostituées, etc.) comme un travail classique, et découvrir les rouages de ces emplois de la nuit: voilà les objectifs du colloque intitulé «Cachez ce métier que je ne saurais voir!», organisé par la Maison d’analyse de processus sociaux (MAPS) de l’Université de Neuchâtel, les 24 et 25 janvier.

    Durant deux jours, des chercheurs venus de plusieurs pays débattront de problématiques diverses: quels sont les critères pour définir une «bonne» ou une «mauvaise» prostituée? Pensent-elles qu’il s’agit d’un «métier»? Et comment le justifient-elles? Si de nombreux travaux ont été réalisés sur ce thème, aucun ne traite en effet du marché du sexe de manière exhaustive. D’où un besoin d’élargir le regard, sans aborder la problématique morale.

    Pour Janine Dahinden, directrice de la MAPS, il est essentiel de ne pas mettre tout le monde dans le même panier: «Une Suissesse qui fait de l’escort à Genève n’a pas du tout la même expérience qu’une Brésilienne sans permis de séjour dans la même ville. Il était important de réunir les chercheurs qui n’ont étudié qu’un seul de ces aspects. Ce qui devrait nous permettre de tirer des conclusions plus globales par la suite.»

    Inscriptions et programme par e-mail à maps.info@unine.ch

    Source : http://www.lematin.ch

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité