Connexion
Youppie webcam confinement    Votre pub ici    

Discussion : Warszawa [Varsovie]

  1. #


    Inscription
    mars 2015
    Messages
    65

    Par défaut

    Avec cette sombre période de « deuxième vague » Covid19 et la mise à l’arrêt de mes Youppineries, je veux profiter de cette parenthèse forcée pour faire ici un petit flash-back et vous conter ma visite au « royaume » de Pologne du mois de Juillet de l’année 2018…

    Désolé, je n’ai plus ni les adresses ni les liens et cela vous sera donc d’aucune utilité « pratique ». Néanmoins voici quelques petits souvenirs tirés de mes expériences pittoresques (et souvent pitoyables) à Varsovie. (Si toutefois vous voulez préparer un minimum votre voyage, il est judicieux de vous inscrire préalablement sur http://www.garsoniera.com.pl/ , le Youppie local).

    3/4 jours à Varsovie et 2/3 jours à Cracovie. Pour Krakow ça va être très rapide car d’un point de vue purement Youppinistique: je n’ai rien trouvé à me mettre sous / sur la nouille!!

    Pour Warszawa, en revanche cela fut plus gratiné…

    Ne parlant pas un seul mot de polonais, la communication a été parfois un peu complexe avec mes interlocutrices (plus ou moins anglophone), de même la valeur du zloty et le nom tarabiscoté de certaines rues ont rajouté quelques éléments supplémentaires de confusion. (Sans parler des nombreux SMS envoyés et restés sans réponses)
    Effectuant mes recherches sur odloty.pl et roksa.pl, c’est avec l’esprit du chasseur (de trésors slaves) motivé, que ma traque m’a conduit à explorer à pied tous les recoins de la « ville phénix » (détruite à plus de 80% pendant la Seconde Guerre Mondiale). Varsovie est une capitale moderne et contrastée, avec notamment en son centre géographique, de hautes tours de verre élancées côtoyant l’emblématique et massif « Palais de la Culture et de la Science » (petit cadeau des anciens « copains » soviétiques) et un peu plus loin au nord, son centre historique entièrement reconstruit.

    Sur roksa en particulier, les photos des bombasses Polonaises : blondes, jeunes et aguichantes, ont été pour moi comme autant d’invitations à commettre le péché de chair (pour pas cher). Quelques modestes poignées de Zloty(s) (200 zł soit environ 40 /45 €) ouvrant a priori la porte du paradis …

    Arrivant tout droit de Cracovie, me voilà donc en ce soir de juillet pour la première fois à Varsovie, un peu fatigué certes mais « remonté à bloc »…



    Polak Experience #1: « JABBA / Escort »

    En réalité j’ai oublié le prénom de la « belle » … mais sur roska, ses photos montraient un véritable top model, une perfection de beauté, de jeunesse et de blondeur. Avec des prestations haut de gamme et des tarifs des plus raisonnables.
    Après avoir longuement marché dans cette nuit chaude d’été en direction du nord de la ville, j’arrive enfin à trouver son immeuble. Je dois l’appeler. T’ain !! La voix rocailleuse de la fille me fait douter un peu... Pas trop fier dans l’ascenseur, mon instinct me dit qu’il y a un truc qui cloche… Tant pis, j’n’ai pas traversé la moitié de Varsovie à pied pour renoncer maintenant. Je sonne. Elle m’ouvre.
    Oh !! Nom d’une pipe !! Dans ma vie de Youppie-Boy, j’en ai eu des déconvenues, mais là c’est hors concours. Et si j’ai choisi de la rebaptiser ici « JABBA », c’est en référence à JABBA le HUTT… vous savez, l’espèce d’immonde crapaud / limace obèse de Star Wars.
    Même dans la pénombre, je vois que Jabba (la trentaine-bien-tassée) est manifestement en surcharge pondérale. Elle est moche disons-le sans détour. Elle a le visage bouffi, les cheveux sales, ternes et gras, et avec son regard dédaigneux et sa clope au bec, elle me demande directe de sa voix rauque : son « petit cadeau » !!
    Bon, là, en principe toute personne saine d’esprit et dans son état normal, se serait enfuie immédiatement.
    J’ignore encore pourquoi aujourd’hui, mais je suis resté figé comme un con devant elle et j’ai (erreur fatale) filé mon fric à Jabba. Je suis allé me doucher rapidement, et puis je me suis retrouvé assis (avec la serviette entourant mon délicat postérieur et un Mr Bibite en coma dépassé) sur le rebord d’un lit miteux.
    Jabba a gardé son immonde peignoir (qui un jour avait dû être blanc) et de manière peu aimable, m’a fait comprendre que ce serait un service minimum avec branlage (à la dégoutée) et au mieux, pseudo-pipe bâclée avec préservatif. Je lui ai dit que ce n’était pas du tout les prestations annoncées sur le site. Elle a rétorqué qu’elle ne rédigeait elle-même les annonces... De toute façon je n’avais plus aucune envie de faire quoi ce soit avec cette « créature »… Juste envie de m’échapper très.. très… très loin. Aussi, je lui ai demandé (aimablement) qu’elle me rende l’oseille. Elle a commencé à s’énerver et à faire un mini scandale… Sentant que la situation pouvait dégénérer, j’ai préféré perdre mes quelques Zlotys et arrêter là, les frais (et les frayeurs) en jouant la sécurité d’une retraite en rase campagne… OK, j’ai été totalement minable et pleutre sur ce coup-là, mais j’ai choisi de suivre mon instinct qui me suggérait de dégager (sans consommer on s’en doute) au plus vite…

    En résumé : "JABBA" (authentique) Thon Intergalactique ---- > Première et inoubliable expérience avec une Polonaise en Pologne.



    Polak Experience #2: « ELIZA / Masseuse »

    Pour ELIZA, j’avais décidé de choisir directement « une masseuse » afin d’évacuer les tensions de la veille... A nouveau, recherche sur les sites dédiés (beaucoup de masseuses en Pologne), photos alléchantes, jeu de piste dans les rues de Varsovie, immeuble moderne, ouverture de porte dans appartement propre et lumineux…
    Eliza me reçoit avec sa blouse blanche et un petit sourire bienveillant. Elle est bien blonde (petit carré propret) mais les photos n’ont rien à voir, ni de près ni de loin. Eliza n’est ni belle ni moche, ni jeune ni… jeune… L’âge annoncé devant être multiplié par un facteur x 2.5 minimum… mais bon, je capitule et décide de revoir mes « exigences » de qualité à la baisse. Avant de lui filer le moindre bifton toutefois, je lui demande de me préciser ses prestations. OK, c’est tout bon : pipe nature & CIM en vue.
    Eliza m’installe sur une table de massage, elle me masse un peu le dos, les épaules, les cuisses.. C’est la première fois que je me fais « masser » par une professionnelle. Je crois aussi que c’est la première fois qu’une « dame de compagnie » est plus âgée que moi (physiquement elle me rappelle curieusement mon ancienne « patronne » du boulot)… Je me laisse faire et c’est assez agréable finalement. Je lui demande si je peux la caresser un peu ?? : Oui. Si elle peut enlever sa blouse ??: Oui. Elle se retrouve en bustier quand je décide de me retourner. Elle continue à me masser, se rapprochant de plus en plus de Mr Bibite qui commence à pointer le bout de son nez. Je lui demande si je peux toucher ses seins ??: Oui... Je libère sa généreuse poitrine de ses soutiens de dentelles et pouf !! pouf !! Comme 2 flanby(s) dont on aurait retiré la petite languette, les lois de l’apesanteur s’abattent lourdement sur les seins soudainement pendouillant d’Eliza la jeune quinqua (??). Prise en bouche du membre, suçage de bon aloi et explosion libératoire de la pression spermique accumulée ces derniers jours.

    En résumé : ELIZA ---- > Expérience originale et globalement satisfaisante avec la 17eme dauphine de Miss Warsaw 1984.



    Polak Experience #3: « AMBER / Escort de luxe »

    Après Jabba & Eliza, je me suis résolu à changer de catégorie et j’ai cherché la montée en gamme quitte à « exploser » mon budget en triplant celui-ci, passant de 200 zł à 600 zł (soit + de 100 €) pour 1 heure (très théorique) de plaisir. Bon c’est sûr que comparé aux tarifs du « made-in-France », le luxe à la polonaise reste incroyablement bon marché.
    AMBER sur photos semble (visage flouté) être une authentique beauté slave (Russe ??? Polonaise ???), jeune avec un très beau corps a priori… le descriptif indiquant des yeux bleus et des longs cheveux bruns…
    Situé dans un quartier plus cossu, j’entre dans un immeuble « de prestige » style hôtel particulier à la française. Mais une fois arrivé dans une sorte de cour intérieure, je me trouve face à plusieurs entrées d’appartements et je suis complètement perdu… j’appelle plusieurs fois pour me faire guider. « C’est à droite » me répète-t-elle dans son anglais à un fort accent. Je sens qu’elle commence à s’énerver… Le souvenir de mon fiasco (honteux) avec Jabba, m’incite à la prudence.
    Je finis par trouver et la porte s’ouvre enfin … La jeune fille qui est devant moi dans ce grand et bel appartement, est un véritable canon !! Elle est perchée sur des talons aiguilles (avec de fines lanières de cuir qui remontent jusqu’aux mollets) et porte uniquement ses sous-vêtements de lingerie fine. Le visage et le corps d’AMBER sont quasi parfaits. Le contraste de ses yeux clairs et de ses longs cheveux foncés renforce encore plus son incroyable beauté. Mais…car malheureusement il y a un « mais », je sens bien que ça va pas être forcément une partie de plaisir au vu de l’attitude glaciale qu’elle dégage. Pas un sourire, pas la moindre étincelle de coquinerie dans ses yeux (elle ne fait même pas l’effort de faire semblant) et la seule chose qu’elle me dit en guise de phrase d’accueil c’est : « je t’ai dit que c’était à droite !!! » Elle me regarde avec une telle froideur, qu’elle pourrait surement avec ce regard là, réussir à congeler instantanément les testicules de Captain Igloo lui-même.
    Néanmoins je décide de rester car sa plastique est réellement exceptionnelle.
    Bien sûr les prestations inscrites sur l’annonce ne sont aucunement respectées (de fellation nature il n’y aura point). L’acte reproductif se passe sans grand plaisir, mécaniquement, tristement, et sans aucune spontanéité, ni moindre trace de complicité. En définitive je pense que j’aurais eu plus d’interaction avec une poupée gonflable.

    En résumé : AMBER --- > Une beauté très très froide… Même Night King (le Roi de la Nuit) de Game of Thrones à l’air extrêmement chaleureux et sympathique en comparaison.



    Polak Experience #4: « ANIA / Masseuse en Salon »

    Pour mon dernier jour à Varsovie je me retrouve dans un quartier situé non loin du (petit bout de) mur mémoriel marquant de l’entrée du Ghetto de Varsovie…
    Je me perds un peu dans les immeubles en brique du coin à la recherche du salon de massage. Soudain dans une cour intérieure (à nouveau) une voix m’interpelle depuis une fenêtre située un peu plus en hauteur. Je monte l’escalier … tout en espérant être sur le bon chemin. La porte s’ouvre. Ouf : c’est la bonne adresse.
    4 ou 5 filles sont présentes. J’avais réservé au hasard une fille mais je demande si je peux voir tout l’effectif et choisir ma « masseuse » indépendamment de ma réservation initiale. Pas de problème ne répond-t-on. Les filles sont assez jeunes dans l’ ensemble, les physiques vont de moyen à agréable, certaines semblent assez timides et « inexpérimentées ». Je préfère me rabattre sur ANIA, un peu plus âgée (28 / 30 ans).
    ANIA a de longs cheveux bouclés châtains et de beaux yeux noisette, elle a un visage agréable et gracieux. Je lui prends délicatement les mains et on se regarde longuement aux fonds des yeux. Elle me sourit aimablement avec douceur et je me sens alors (pour la première fois à Varsovie) tout simplement (très) à l’aise.
    Je suis Ania dans une petite pièce destinée au massage. L’endroit est simple et propre. Des huiles, des serviettes et une petite musique (zen) d’ambiance. Ania porte une sorte de blouse qui met en valeur son corps. Après m’être douché, je m’allonge sur le ventre sur la table de massage. D’une voix douce elle me dit de me détendre et de la laisser faire alors que ses mains expertes commencent à s’occuper de chaque partie de mon corps.
    Contrairement à Eliza, ici je sens d’entrée de jeu une véritable expertise dans l’art du massage « traditionnel », elle sait varier les points de pressions, les différents mouvements et autres techniques de massage thérapeutique. Elle me fait un bien fou et ne ménage pas ses efforts. Pendant un temps incroyablement long, elle s’applique à me masser réellement avec un incroyable professionnalisme. Au bout d’un moment je décide de me mettre sur le dos, avec seulement une mini serviette au niveau de la taille. De temps à autre, je lui caresse gentiment les cuisses, les avant-bras, le cou, les cheveux …Elle continue avec toujours autant de bonne volonté et d’expertise, son extraordinaire massage « traditionnel » … Après encore un bon quart d’heure de massage « classique », je n’y tiens plus… Je veux passer à la version plus « sexuelle » du massage. La serviette est retirée avec délicatesse et enfin les mains, puis la bouche experte d’ANIA finissent (sans précipitation) d’achever dans un plaisir paroxysmique, cette extraordinaire heure de massage.
    J’ai remercié chaleureusement ANIA à la fin du massage. Une expérience extraordinaire de bien-être que j’espère pouvoir revivre un jour.
    La douce et très investie ANIA m’a tellement plu qu’en partant je lui ai laissé un petit pourboire (geste qu’elle a particulièrement apprécié)… Quelques Zloty(s) pour tant d’efforts, d’application et de gentillesse, c’était vraiment un minimum.

    En résumé : ANIA --- > Une expérience (littéralement) sensationnelle.


    Voilà en gros…Cette « aventure » polonaise s’est avérée un peu compliquée (surtout si je compare à l’Espagne), elle aurait pu virer à la Bérézina, mais l’attitude et l’extraordinaire engagement d’Ania ont, in extremis, sauvé une campagne de Pologne pourtant bien mal engagée…

  2. #


    Inscription
    juin 2010
    Messages
    35

    Par défaut

    Hello !
    Je compte me rendre a Varsovie le mois prochain.
    J ai un peu lu tout ce qui se raconte ici donc si je comprends bien il faut se mefier du site Odloty ou les filles ne repondent pas ou ne correspondent pas aux annonces.
    Sinon que me conseillez vous ? quelles sont les arnaques a eviter ? les endroits a eviter ?
    Merci

Connectez-vous pour lire les 442 autres messages sur le sujet


  1. #


    v79 Guest

    Warszawa [Varsovie]

    Varsovie (Warszawa) n’est pas plus représentative de la Pologne profonde, que Moscou ne l’est de la Russie, Londres de l’Angleterre ou Paris de la France.

    La ville ne présente guère d’intérêt touristique. En effet, détruite de fond en comble en 1944 par les allemands lors d’un soulèvement, elle a été rebâtie à la « soviétique ». Elle est donc loin d’avoir la beauté architecturale de Cracovie (Kraków) ou Lwów (aujourd’hui en Ukraine), lesquelles sont d’ailleurs historiquement et culturellement les deux capitales de la Pologne, ou bien encore de Prague, St Pétersbourg ou Kiev, par exemple.

    De la ville d’antan, il ne reste guère que Starówka, Stare Miasto (la vieille ville – en fait un ancien quartier entièrement reconstitué de celle-ci), Nowe Miasto (la ville nouvelle), au nord de la vieille ville, et Wilanów, petit palais au sud est de Varsovie, sorte de Schönbrun polonais, d’ailleurs fort beau, entouré de jardins à la française bordés d’un petit lac : je n’y suis pas allé depuis fort longtemps, mais j’en conserve le souvenir d’un endroit très agréable (voir photographies annexées en miniature au présent message).

    La visite de la vieille ville s’effectue en une demi-heure et le nombre important de touristes en goguette en gâche quelque peu l’agrément.

    Nowe Miasto comprend d’assez beaux immeubles anciens, d’époque 1900.

    A l’emplacement du ghetto de Varsovie, au nord de la ville actuelle, ont été bâtis des immeubles d’habitation à l’époque communiste. Il subsiste une place de verdure, avec au centre un monument érigé à la mémoire « des héros du ghetto » (bohaterów getta).

    Il reste que Varsovie est une ville très agréable, grâce notamment à ses nombreux et grands parcs, qui contrastent heureusement avec le manque incroyable d’espaces verts dignes de ce nom dans les villes françaises : à côté du plus vaste et du plus célèbre parc de Varsovie, ?azienki (littéralement « Les bains », appelé ainsi à cause du plan d’eau qui se trouve au centre du parc et sur lequel se trouve une sorte de petit palais, voir photographie en miniature attachée au présent message), le parc Monceau de Paris, franchement c’est de la daube…

    L’agrément de Varsovie tient aussi aux nombreux et agréables cafés (kawiarnia = café ; napoje = boissons), avec terrasse le plus souvent, qui s’y trouvent implantés : cela change des infâmes troquets parisiens où on doit payer 2 euros un petit noir à l’amertume désagréable, sur un coin de comptoir malpropre, en supportant la cigarette de ses voisins. Dans ces cafés polonais, on peut déguster notamment une de ces excellentes bières (bière en polonais = piwo) polonaises, à la saveur sans comparaison avec les bières françaises : par exemple Zywiec, Lech, Tyskie, Warka, Okocim… Les bières très alcoolisés sont actuellement à la mode : la plus connue d’entre elles s’appelle « Strong ».

    On trouve également, notamment dans le centre, de nombreux restaurants, dont la gentillesse et la spontanéité du service (surtout si on parle la langue du cru, il est vrai), les prix modérés et les portions généreuses tranchent heureusement avec les pratiques proprement scandaleuses de beaucoup de restaurants parisiens et d’autres grandes villes françaises : tant que vous ne prenez pas de vin (très cher en Pologne, compter 100 z?otych la bouteille facilement ; rappel 1 euro = 4,5 z? environ) et que vous vous en tenez à des spécialités locales ou à des viandes sur grill, vous pouvez manger agréablement pour un prix très raisonnable (30-45 z? par personne approximativement, pour un repas complet dans un restaurant convenable, bière ou eau minérale comprise).

    Vous pouvez encore vous rendre sur l’un des marchés, par exemple sur la rive droite de la Vistule, à proximité du jardin zoologique, qui se tiennent certains jours de la semaine : polonais, mais aussi russes, biélorusses, ukrainiens y vendent les produits et les objets les plus divers. Saisissez l’occasion pour ramener, à peu de frais, un souvenir à votre maîtresse, que vous aurez eu la bonne idée de laisser à Paris…

    Dans l’ordre des détails pratiques, à signaler l’existence de toilettes propres, dans les galeries souterraines qui permettent aux piétons de traverser les croisements de grandes artères, par exemple celui, au centre, de la rue Marsza?kowska (la rue principale de Varsovie) et des allées Jerozolimskie : coût = 1 z? – enfoncé le J.-Cl. Descaux et ses minables sanisettes parisiennes, souvent repoussantes de saleté. Inutile, par conséquent, de se rendre coupable du délit de miction sur la voie publique.

    Si vous voulez ramener un souvenir typique et peu onéreux à un ami ou à votre patron, le mieux est encore d’investir dans une bouteille de vodka blanche (czysta wódka), dont les prix ont tendance à baisser ces dernières années (15-20 z?) : comme la plupart des gens, y compris les polonais, sont incapables de distinguer une vodka blanche d’une autre, choisissez simplement une bouteille d’une marque qui n’est pas diffusée dans un hypermarché français, au format éventuellement original : cela ne manque pas, et les magasins spécialisés non plus… Depuis que la Pologne a rejoint l’Union européenne, le nombre de bouteilles qu’il est possible de sortir de Pologne, pour sa consommation personnelle, n’est plus limité à une bouteille par personne, comme naguère. N’exagérez quand même pas en remplissant votre coffre ou votre valise de vodka...


    Venons-en au sujet principal du fil, les agencje towarzyskie de Varsovie.

    Si c’est une accompagnatrice que vous recherchez, du genre très jolie fille étudiante, qu’on vous fait passer à tort ou à raison pour occasionnelle et que vous invitez à dîner dans un bon restaurant en compagnie, le cas échéant, de relations d’affaires, avant d’aller passer la nuit avec elle, il existe des agences d’escorts haut de gamme, comme dans toute capitale européenne. Les agences de ce type ont, bien entendu, des sites internet. Mais, étant donné qu’elles font leur beurre avec de prospères hommes d’affaires, allemands, français ou autre, il faut vous attendre à un niveau de prix en conséquence, quoique plus raisonnable qu’en France ou en Angleterre.

    Mes présentes informations portent sur les agencje towarzyskie « basiques », offrant un service d’ordre principalement sexuel.

    Pour trouver les adresses d’agencje towarzyskie à Varsovie, inutile de chercher bien loin : outre que nombre d’entre elles sont répertoriées sur Internet, notamment sur cet excellent site généraliste, consacré notamment aux activités de sortie à Varsovie : http://www.wawaportal.pl/index.htm

    Il vous suffit de cliquer, dans la rubrique "Rozrywka" (loisir) sur le bouton "Agencje Towarzyskie" : vous trouverez l’adresse des agences (ulica, ul. en abrégé, signifie « rue), leur numéro de téléphone, leurs heures d’ouvertures (par ex. czynna w godzinach… – ouverte de telle heure à telle heure, généralement de 10 h du matin à 2 h du matin –, non stop ou bien encore czynna ca?? dob? – ouverte vingt-quatre heures sur vingt-quatre…), le nombre de filles (dziewczyny) théoriquement y travaillant et pouvant être présentées (par ex. 5, 10, 20 dziewczyn), les prix, l’indication éventuelle que les cartes de crédit sont acceptées (karty kredytowe), le lien vers l’url de l’agence si celle-ci possède une page internet, parfois l’énumération de prestations supplémentaires offertes par l’agence concernée par rapport à l’offre de base (par ex. jacuzzi, masaze, striptiz, duety – duo avec deux filles –, anal) ou l'indication des moyens d'accès (wyjasdy – accès voiture…). Attention toutefois : pour être longue, la liste du site n'est pas complètement à jour ; certaines agencje towarzyskie mentionnées, comme par exemple Relaks ou Elita, n'existent plus.

    Vous pouvez aussi consulter les pages jaunes de l'annuaire téléphonique polonais (polska ksi?zka telefoniczna). A l'attention de ceux qui auront accès à l'internet en Pologne en se rendant dans un cybercafé (kawiarnia internetowa, en voici l'url : http://www.pkt.pl/ .

    Après avoir accédé au site de l'annuaire, cliquez sur l'onglet strona g?ówna ("page principale"), en haut à gauche ; puis, la page principale apparue à l'écran, dans la case sous branza wybierz ("choisis une branche d'activité"), tapez : towarzyskie agencje ; enfin, cliquez sur szukaj ("cherche"). Une liste d'une centaine de kluby ou d'agencje towarzyskie, parmi lesquels un certain nombre de Warszawa, s'affiche alors, avec téléphone, adresse et heures d'ouverture. En dessous de leur coordonnées, vous pouvez cliquer encore sur reklama (publicité) ou wizytówka (carte de visite), pour avoir davantage d'informations sur l'agencja towarzyska considérée. Vous pouvez également consulter la version papier de cet annuaire, dans un bureau de poste ou un hôtel quelconque.

    Vous pouvez encore consulter les petites annonces du quotidien Zycie Warszawy (« La vie de Varsovie » – à ne pas confondre avec « La vie parisienne », mensuel de petites annonces vénales qu’on trouve dans les kiosques bien approvisionnés de la capitale française ). En vente dans les kiosques de Warszawa, notamment, ce journal d’informations générales coûte environ 1 pln, soit moins de 0,25 €.

    Enfin, à Varsovie, comme quelquefois en province, d'ailleurs, nombre d’agencje towarzyskie ont, au demeurant, leur page personnelle ; il vous suffit de laisser votre voiture garée dans le centre de Varsovie quelques heures : à votre retour, vous trouverez empilées sur le pare-brise plusieurs cartes de visite (wizytówka) d’agences, situées ou non à proximité immédiate, avec coordonnées, tél., etc….

    Lorsqu’elles se situent à proximité du centre de Varsovie, les agencje towarzyskie se trouvent en général dans des appartements, très bien aménagés, situés dans des immeubles à usage d’habitation (ce qui pourrait, à terme, compromettre leur avenir, car leur installation dans de tels immeubles n’est évidemment pas du goût de tous les copropriétaires).

    Mais il existe aussi de nombreuses agences situées dans des quartiers plus excentrés de la capitale. Il peut être tentant de s’y rendre. Ne vous précipitez toutefois pas n’importe où, par exemple à Praga, quartier réputé peu sûr, situé sur la rive droite de la Vistule, à moins de rester à proximité du jardin zoologique... On trouve là aussi des agencje towarzyskie.

    Les horaires d’ouverture des agences sont variables, mais à la plage souvent étendue : certaines sont ouvertes vingt-quatre heures sur vingt-quatre, d’autres ferment à cinq heures du matin, rares sont celles, en tout cas, qui ferment avant deux heures du matin. Elles sont toujours ouvertes en après-midi, voire dès la fin de la matinée.

    Sur la carte de visite de l’agence ou sur les sites internet, l’adresse (nom de rue, numéro) est suivie de la mention « m » pour mieszkanie (appartement), suivi du numéro de l’appartement, si cette agence est située dans un immeuble, un « blok » comme on dit en Pologne. Muni de ces indications, vous vous rendez à l’adresse indiquée. Il se peut qu’une pancarte extérieure, accrochée à l’immeuble, signale l’existence de l’agence du dehors. Quoi qu’il en soit, même si tel n’est pas le cas, recherchez le bouton d’interphone correspondant au numéro de l’appartement ; si la mention « agencja towarzyska » n’y figure pas, du moins le bouton correspondant au local de l’agence est-il souvent différent des autres : il peut être peint en rouge, en orange, lumineux, suivi d’un numéro d’appartement se présentant autrement que les autres ou bien encore suivi de la lettre « A »… Les risques d’erreur dans la manipulation de l’interphone sont ainsi réduits. Vous sonnez donc au bouton approprié, on vous répond en vous indiquant l’étage où se trouve le local de l’agence et la porte d’accès à l’immeuble se déverrouille. Il ne vous reste plus alors, ayant pénétré dans le bâtiment, qu’à chercher dans les étages, à pied le plus souvent, la porte de l’appartement portant le numéro où se trouve l’agence. ; de toute façon d’une manière quasi-systématique, le numéro des appartements est peint sur leur porte, ainsi vous ne pouvez guère vous tromper. En revanche, lorsque vous avez décidé de visiter plusieurs agences avant de faire votre choix, préparez-vous à faire de l’exercice, car presque toujours l’immeuble n’étant pas équipé d’un ascenseur, il vous faudra gravir les étages à pied. Une fois arrivé devant la porte de l’appartement ou du local de l’agence, vous sonnez à nouveau et on viendra vous ouvrir. De plus en plus d'immeubles de Warszawa sont toutefois équipés de digicode. En ce cas, et si l'agencja towarzyska n'a pas été, en conséquence, contrainte de déménager, il vous faut lui téléphoner pour obtenir le numéro de code, à moins qu'elle n'ait réussi à faire installer un interphone spécial à part du digicode - c'est le cas de l'Agencja towarzyska Felicja, par exemple (sur cette agence, voir infra).

    Une fois entré dans les lieux, les filles de l’agence se présentent à vous en maillot deux pièces, afin que vous puissiez juger de leur plastique, tantôt dans une salle d’attente où on vous a fait entrer avant d’aller les chercher, tantôt dès le hall de l’appartement.

    Ces filles sont généralement polonaises, ukrainiennes ou russes. Outre un visage souvent différent, les ukrainiennes et les russes se remarquent à la langue ou l’accent évidemment. Elles sont souvent moins réservées, plus enjouées voire enjôleuses que les polonaises. Le nombre de filles présentées varie selon les agences : de deux ou trois à dix, voire plus. Dans les agences de moyenne dimension, il y a généralement une ou deux filles réellement jolies, les autres ayant un physique plus ordinaire.

    Pour les âmes sensibles du forum, je précise que les filles travaillant dans ces agences se prostituent en général librement. Ces agences sont en effet simplement tolérées : officiellement le propriétaire de l’agence se contente d’encaisser un loyer des filles en contrepartie de la mise à la disposition de chambres. Vous payez donc directement la fille, qui rétrocède ensuite une partie de la somme encaissée au propriétaire : pourvu que l’activité se déroule selon les modalités que j’ai décrites et qu’ainsi les apparences soient sauves, l’agence peut fonctionner sans rencontrer de problème avec les autorités.

    L’existence d’agencje towarzyskie n’empêche cependant pas celle d’une importante prostitution « forestière » en Pologne, sous la houlette évidente de proxénètes bulgares, russes ou autres… (voir fil "Informations générales" sur ce forum).

    Les prix des agences de Varsovie sont, en règle générale, restés stables ces dernières années. On pourrait s’attendre à ce qu’ils soient plus élevés qu’en province, puisque Varsovie est, dans l’ensemble, indéniablement plus chère que la province. Eh bien, j’ai eu la surprise de constater que les agences de Varsovie apparaissent au contraire meilleur marché que celles auxquelles j’ai eu recours dans d’autres villes de Pologne. Cela s’explique sans doute par la concurrence féroce que, du fait de leur grand nombre dans la capitale, les agences se livrent entre elles. Les prix se situent autour de 100/110 z? une heure (25/28 euros), deux rapports sexuels, conformément à ce que d’autres contributeurs ont signalé. Parfois une boisson est offerte en sus : bière, coca ou eau minérale, par exemple ; si elle est payante, compter environ 5 z?.

    Attention à une semi-arnaque de certaines agences de Varsovie. A la question de savoir combien de fois vous pouvez baiser en une heure (Ile raz… ?), on vous répond parfois : « dwa razy seks » ( le sexe deux fois), « raz francuski, raz klasyczny » (une fois « [rapport sexuel] français », une fois « classique »). En clair, cela veut dire, une fois la pipe (le rapport « français »), une fois l’amour. Et si vous insistez pour deux rapports « classiques » on vous dit qu’il vous appartient de négocier cela directement avec la fille, ce qui signifie que ce n’est pas acquis et qu’elle peut demander un supplément conséquent (tout est relatif, il est vrai, étant donné que les « prestations » sont, de toute façon, bon marché), alors qu’ayant déjà choisi la fille, il vous est difficile de rebrousser chemin.

    A moins que la formule « une fois la pipe, une fois l’amour » ne vous intéresse, insistez donc d’emblée pour deux rapports « classiques », votre interlocutrice ou interlocuteur, s’il est réaliste, finira par céder, sans nécessairement d’ailleurs exiger le versement à la fille d’un supplément.

    Bien sûr, avec ce type de formule, il ne faut pas espérer à tous les coups une G.F.E.

    Cela étant, n’hésitez pas, si les conditions ou l’ambiance ne vous conviennent pas, ou si aucune des filles présentées ne vous attire particulièrement, à explorer une autre agence : dites simplement que vous n’êtes pas décidé (nie jestem zdecydowany), que vous allez voir (zobacz?), que vous allez réfléchir (zastanowi? si?) ou mieux encore, si vous avez la possibilité de vous faire comprendre dans une langue adéquate, prétextez un rendez-vous en demandant jusqu’à quelle heure l’agence est ouverte de façon à revenir plus tard. De toute façon, on ne vous retiendra pas de force et on vous laissera partir, la plupart du temps courtoisement, quelquefois avec une petite moue de dépit… vous n’êtes quand même pas engagé parce que vous avez franchi la porte de l’agence, .

    Vous trouverez, dans les messages qui suivront ci-dessous, des conseils généraux pour une après-midi ou une soirée « seks » (sex) réussie à Varsovie, puis un banc d'essai de quelques-unes des agencje towarzyskie de la capitale.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité