Connexion
Votre pub ici    Youppie webcam confinement    

Discussion : Des vers pour une chinoise

  1. #


    Inscription
    novembre 2008
    Messages
    87

    Par défaut ha serieux

    marylebone par tout les orifices serieux
    pour combien en tarif moi j ai jamais vu a paris
    je me demande comment vous faites pour les reconnaitre
    elle doivent etre bien dissimules dans la foule

  2. #


    Par défaut une autre :p

    Me voici de nouveau à Belleville
    Excité je m'avance d'un pas fébrile
    Un groupe de Chinoises attend là pres du métro
    habillées de jupes courtes et de talons hauts
    elles me lancent des sourires coquins
    Je m'approche d'elles et en prends une par la main
    Elle me fait bander cette petite cochonne
    j'imagine qu'au lit elle doit être bonne
    Nous nous rendons donc à un hotel de passe
    la chambre est dégueulasse
    et le matelas plein de crasse
    Du coup je suis beaucoup moins excité
    mais ce soir j'ai envie de me vider les couilles
    il va falloir qu'on se débrouille!
    Je demande donc à la Chinoise de se déshabiller
    ce qui fût fait et voilà ma libido remontée
    Je la prends par toutes les orifices
    ma petite Chinoise se montre très complice
    ah quel bonheur, quel délice!
    Après cette petite étreinte nous nous rhabillons
    je regarde l'heure: temps de rentrer à la maison

    Fin, hihi

Connectez-vous pour lire les 11 autres messages sur le sujet


  1. #


    Inscription
    juillet 2007
    Localisation
    Ile de France
    Messages
    3 260

    Des vers pour une chinoise

    Bonjopur

    Kando et farid ayant eu la gentillesse de me dire qu'ils aimaient bien ma prose, j'ai décidé de concocter cette EV en vers et même en alexandrins.
    C'est plus dur mais j'espère qu'ils apprécieront cette aventure qui s'est produite il y a une quinzaine de jour et qu'il pardonneront certaines "facilités".
    Ceci est également un clin d'oeil à PaulVerlaine qui a tant fréquenté ces lieux.

    Donc à mes amis Kando et Farid !

    En ce beau jour de mai, tenaillé par l'envie
    je décidais ma foi de promener mon vit
    dans ces lieux ou jadis on trouvait du bonheur
    auprès de ces femelles, ces vénéneuses fleurs,
    que notre Nicolas poursuit matin et soir,
    hurlant "cachez ce sein que je ne saurais voir".

    Dans les rues de Paris me voilà en vadrouille
    dans l'espoir insensé de me vider les couilles.
    Après plusieurs essais mais tout autant d'échecs
    dans ces endroits où l'on n'accepte pas les chèques,
    je me retrouve à l'ombre du colonel fabien
    point de départ de tant d'affaires menées à bien.

    Vous l'aurez deviné c'est en ce lieu de fête
    que l'on nomme parfois boul'vard de la Villette
    que je vais randonner et partir à la pèche
    pour, dans mon grand filet, attraper la pimbêche.

    A pas lents mais l'oeil vif, je zieute les bell'villoises
    dans l'espoir de croiser les yeux d'une chinoise.
    Après quelques minutes je vois ma récompense :
    une seulette m'accroche de son regard intense.

    L'esplanade centrale où moi même je me tiens
    sera donc le théâtre d'un petit entretien.
    D'un clin d'oeil appuyé je lui fait bien comprendre
    que je serai son homme si son corps est à vendre.

    La finaude est rusée et me propose soixante.
    Je connais la chanson et lui propose quarante.
    Après méditation elle me dit que ça va
    et nous filons chez elle pour danser la java.

    Nous montons quatr'étages et la porte est ouverte
    sur une pièce crasseuse, pénible découverte.
    Je comprends en voyant ce matelas par terre
    que c'est sur lui que tant de cuisses s'écartèrent.

    La lumière est faible mais je peux voir la crasse,
    les draps, les fringues et tout ce que ces filles entassent.
    C'est bien sur ce grabat qu'elle compte officier.
    Je lui donne mon argent et m'approche du pussier.

    Elle compte et ainsi, l'instant dé-poétise.
    Tous deux nous commençons dans l'ombre notre strip-tease.
    Les chinoises sont maigres mais celle-ci est ronde
    et pour ce que j'en vois, elle n'est pas pudibonde.

    Dans sa main un latex qu'elle porte à sa bouche.
    Elle se met à genou et me gobe comme une mouche.
    La succion est douce, la petite est experte,
    et nous voilà partis pour une fell couverte.
    Je caresse sa tête, je caresse ses seins,
    sa bouche est toute chaude et rythme mon bassin.

    Un bruit de porte qui s'ouvre nous fait bien sursauter.
    Une chinoise et son client viennent d'entrer.
    Ma petite est fâchée. Je tombe sur mes genoux,
    Elle prend ma tête contre ses seins comme une nounou.
    Ils passent sans un regard sur notre nudité
    vont dans la pièce voisine avec rapidité.

    Notre fell reprend, mon érection aussi.
    De n'avoir pas pesté, Nina me remercie.
    Elle se met sur le dos et écartent ses cuisses,
    ouvre ses lèvres d'un doigt, laisse passer mon pénis.

    Oh que l'instant est fort, mais pas tant que l'odeur
    Du delta du Mékong, de mon temps baroudeur,
    me rappelle un instant les marchés au poisson.
    Je poursuis néanmoins dans ce jeu polisson.

    Je m'allonge sur elle, m'éloignant de la source
    des parfums d'orient et me vide les bourses.
    Après un temps normal de récupération
    mon sexe donne des signes de perte d'érection.

    Les doutes sur son hygiène me commande de sortir
    de cet antre mouillé servant à divertir.
    Nous nous levons tout deux et pour seule toilette
    elle me donne une feuille de papier de toilette.

    Quelques instants plus tard me voilà rhabillé.
    Elle restera sur place pour se remaquiller.
    Je pars la laissant là, et descends l'escalier.
    La crasse est bien partout à chaque palier.

    Je me retrouve seul sur l'esplanade centrale
    qui me mène tout droit au comité central.
    Ainsi s'achève l'histoire d'un coup tiré vite fait
    qui ne m'a pourtant pas laissé insatisfait.

    a+

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Règles de confidentialité